Tapie, imposé par Mitterrand, lâché par les socialistes

le
0
La carrière politique de Bernard Tapie, lancée grâce à l'appui de François Mitterrand, n'a jamais suscité l'enthousiasme des socialistes.

Tapie et Marseille, c'est d'abord une histoire de foot. Le 4 octobre 1985, lors d'un dîner donné par Mikhaïl Gorbatchev à l'ambassade d'URSS, à Paris, Bernard Tapie a pour voisine de table Edmonde Charles-Roux. «Qu'attendez-vous pour venir sauver l'OM?» lui glisse l'épouse de Gaston Defferre, maire de Marseille. Un an après, c'est chose faite.

Après le maire de Marseille, l'industriel multicartes séduit François Mitterrand. C'est Jacques Pilhan qui a eu l'idée de la rencontre. Le «gourou» du président prépare la campagne de 1988. L'«ouverture» et la «société civile» sont à l'honneur. Tapie les incarne à merveille. Sauf aux yeux du Parti socialiste, où beaucoup renâclent.

Le président impose, mais la rue de Solferino dispose: elle réserve au patron de l'OM la 6e circonscription des Bouches-du-Rhône, réputée impren...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant