Tapie-Crédit lyonnais : Christine Lagarde renvoyée devant la justice

le
10
Christine Lagarde à Washington le 6 décembre 2015.
Christine Lagarde à Washington le 6 décembre 2015.

La directrice générale du FMI va se pourvoir en cassation.

Christine Lagarde va devoir répondre de son rôle dans la mise en place d’un arbitrage privé entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais. La commission d’instruction de la Cour de justice de la République (CJR) a décidé de renvoyer, jeudi 17 décembre, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) devant la formation de jugement de la CJR, seule habilitée à décider du sort judiciaire des ministres poursuivis pour des actes commis dans l’exercice de leurs fonctions. C’est, en effet, en tant qu’ancienne ministre de l’économie de Nicolas Sarkozy, de 2007 à 2011, que Mme Lagarde, mise en examen en août 2014 par la CJR pour « négligence » dans l’utilisation des fonds publics, va devoir répondre de son rôle décisionnel dans l’affaire Tapie-Crédit lyonnais, comme l’ont indiqué I-Télé et Mediapart, jeudi 17 décembre.

Poussée par l’Elysée, Mme Lagarde avait donné en 2007 son aval à la mise en place d’un arbitrage qui avait fini par accorder, en juillet 2008, 405 millions d’euros à l’homme d’affaires dans le cadre de son litige avec le Crédit lyonnais. Cette sentence arbitrale suspecte, objet d’une enquête pénale pour escroquerie en bande organisée, a été annulée en février, la justice estimant qu’elle était entachée de fraude. Le 3 décembre, la cour d’appel de Paris a en outre condamné Bernard Tapie à rembourser les 405 millions d’euros.

Mauvaise surprise Pour Christine Lagarde, la décision de la commission d’instruction de la CJR est une très mauvaise surprise, d’auta...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 37396619 il y a 12 mois

    Cahuzac n'a pas détourné de fonds public ! certes il a fraudé par évasion fiscale sur ses biens privés et a menti face à l'assemblée nationale et au président de la République

  • 37396619 il y a 12 mois

    la CJR il faut la supprimer car c'est une justice parallèle pour les Pairs par les Pairs

  • napo91 il y a 12 mois

    La justice relâche régulièrement des délinquants dangereux parce que leur détention provisoire arrive à expiration et que nos juges, soi-disant surchargés, n’ont pas eu le temps de traiter leur dossier. Mais elle a le temps de s’acharner sur l’honnête Mme Lagarde !

  • M3039634 il y a 12 mois

    Elle ne bénéficie pas de l'impunité réservée aux Hauts Fonctionnaires Français ? Aux US, personne ne se serait risqué à dilapider 400 M d'euros d'argent public, car les sanctions peuvent être extrêmement lourdes.

  • frk987 il y a 12 mois

    Quoiqu'il en soit, en vertu du bon vieux proverbe, calomniez, il en restera toujours quelque chose, la France se discrédite sur la scène mondiale, une fois de plus, faut dire qu'avec le PS c'est une habitude.

  • stricot il y a 12 mois

    Pour le reste, elle est suffsamment intelligente et familiere des questions judiciaires pour avoir pris ses precautions alors que Sarko la poussait a certaines compromissions. Je ne suis pas trop inquiet pour elle, un peu plus pour celles et ceux qui ont donne les instructions. Vous la voyez en meilleure pote de Tapie, vraiment?

  • stricot il y a 12 mois

    Pourquoi la justice devrait caler son calendrier sur les dates de mandat des membres du FMI? Ce serati digne d'une republique bananiere. On ne le fait en France que pour les fonctions qui beneficient d'un immunite, et c'est meme fortement conteste... Genre Pasqua jamais vraiment inquiete parce que senateur jusqu'a la fin de ses jours...

  • frk987 il y a 12 mois

    Pour l'image extérieure de la France, ne pouvait-on attendre la fin de son mandat au FMI ?????? Pour les ricains ce genre de problèmes rendent la France autant crédible qu'une république bananière.

  • fquiroga il y a 12 mois

    comme Cahuzac????? qui court toujours......

  • soulamer il y a 12 mois

    ca va bien pourrir Sarko pour la primaire