Tanzanie : les massacres d'éléphants se multiplient

le
0
Tanzanie : les massacres d'éléphants se multiplient
Tanzanie : les massacres d'éléphants se multiplient

Le braconnage des éléphants a repris de plus belle en Tanzanie. Depuis que le gouvernement a été contraint de mettre fin à une campagne controversée antibraconnage il y a deux mois, les tueries se comptent par dizaines.

Durant les mois de novembre et décembre, «au moins 60 éléphants ont été tués à travers le pays», selon le vice-ministre du Tourisme et des Ressources naturelles Lazaro Nyalandu. Quand la campagne antibraconnage était en place, en octobre, «seulement deux éléphants ont été tués», a-t-il souligné.

Au cours du mois de décembre, le président tanzanien Jakaya Kikwete a limogé quatre ministres, à la suite d'accusations selon lesquelles la campagne avait donné lieu à des meurtres, cas de tortures et viols. La campagne avait été surnommée «Opération Tokomeza» («annihiler» en swahili). Les rangers avaient reçu ordre de «tirer pour tuer» contre les braconniers.

Seul, l'Etat Tanzanien peine à enrayer le phénomène du braconnage. «La population des éléphants est très menacée dans la réserve du Selous. Le gouvernement agit pour vaincre les braconniers. Le monde doit se joindre à nous !», a écrit le vice-ministre du Tourisme sur Twitter.

Elephants population under enormous threat here in Selous. Govt moving swiftly to defeat poachers. The world must join hands with us!? Lazaro Nyalandu (@LazaroNyalandu) 30 Décembre 2013

L'ivoire, toujours très prisée, notamment en Asie

Selon M. Nyalandu, la Tanzanie, qui abrite les parcs nationaux parmi les plus prisés du monde, notamment le célèbre Serengeti, va donc désormais se tourner vers des gouvernements ou organisations étrangères pour trouver une solution. Parmi eux, l'Union européenne ou des pays asiatiques. «Les pays asiatiques sont réputés pour être les principaux marchés pour les défenses d'éléphants et leurs dérivés», a-t-il commenté, soulignant que les services de protection de la faune tanzanienne avaient aussi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant