Talisca, made in Brazil

le
0
Talisca, made in Brazil
Talisca, made in Brazil

Très brouillons au début du match, les Monégasques ont ensuite offert un visage séduisant, sous l'impulsion de l'intenable Yannick Ferreira Carrasco. Malheureusement, en face, les Benfiquistes ont pu compter sur Talisca, leur nouveau phénomène brésilien, encore buteur décisif.Monaco
Subaši? (6) : Irréprochable. Pendant dix minutes, il a même été le seul gardien titulaire encore invaincu en Ligue des champions, après le but de Galatasaray contre Weidenfeller. Mais le bonheur n'est pas fait pour durer.
?
Fabinho (6) : Comme Roberto Carlos, il est brésilien et a joué au Real Madrid. Comme Roberto Carlos, il a été auteur de quelques beaux centres et de montées judicieuses. À confirmer.

Raggi (8) : En plus de complètement éteindre Derley, il a sauvé son équipe en contrant de justesse une frappe de Gaitan qui prenait le chemin des filets. Monsieur Propre.

Carvalho (6) : Conscient du danger, il a découpé Talisca en première mi-temps. Du travail de pro pour le boucher portugais, même si certains le prennent pour un jambon.

Kurzawa (7) : Après sa déconvenue contre la Suède, on lui a demandé d'utiliser sa tête Ce qu'il a très bien fait, passant par deux fois tout près de l'ouverture du score (38e et 49e). Des rushs intéressants par ailleurs, même s'il n'a pas été récompensé.

Toulalan (6) : Toujours bien placé, le métronome poivre et sel a compense les erreurs défensives de ses partenaires et imprimé le tempo au milieu de terrain. Trop seul malheureusement dans l'entrejeu pour véritablement rayonner. Ohé Ohé capitaine abandonné

Moutinho (3) : "Je suis actuellement en vacances jusqu'au 13 décembre, en cas d'urgence merci de contacter mon collègue Jérémy Toulalan "

Kondogbia (5) : Il s'est battu au milieu de terrain, où il a essayé de faire régner sa puissance physique. De quoi faire plaisir à Willy Sagnol.

Ferreira Carrasco (7) : Ces soirées-là, on drague, on branche toi-même tu sais pourquoi Auteur de multiples déboulés sur son côté gauche, Yannick a martyrisé la défense portugaise, avec bien plus de style que Travolta.

Ocampos (3) : Sa tentative de retourné dans la surface est à l'image de sa prestation : inaboutie, risible et désespérée. Remplacé par le brave Nabil Dirar (62e), plus percutant.

Traoré (3) : Esseulé et à court de rythme, l'Ivoirien a peu pesé sur le jeu. Comme quoi on peut faire plus de deux mètres et ne prendre aucun ballon de la tête. Heureusement pour le ballon d'ailleurs, puisqu'un perroquet semble s'être lâché sur son crâne. Remplacé...




















Monaco
Subaši? (6) : Irréprochable. Pendant dix minutes, il a même été le seul gardien titulaire encore invaincu en Ligue des champions, après le but de Galatasaray contre Weidenfeller. Mais le bonheur n'est pas fait pour durer.
?
Fabinho (6) : Comme Roberto Carlos, il est brésilien et a joué au Real Madrid. Comme Roberto Carlos, il a été auteur de quelques beaux centres et de montées judicieuses. À confirmer.

Raggi (8) : En plus de complètement éteindre Derley, il a sauvé son équipe en contrant de justesse une frappe de Gaitan qui prenait le chemin des filets. Monsieur Propre.

Carvalho (6) : Conscient du danger, il a découpé Talisca en première mi-temps. Du travail de pro pour le boucher portugais, même si certains le prennent pour un jambon.

Kurzawa (7) : Après sa déconvenue contre la Suède, on lui a demandé d'utiliser sa tête Ce qu'il a très bien fait, passant par deux fois tout près de l'ouverture du score (38e et 49e). Des rushs intéressants par ailleurs, même s'il n'a pas été récompensé.

Toulalan (6) : Toujours bien placé, le métronome poivre et sel a compense les erreurs défensives de ses partenaires et imprimé le tempo au milieu de terrain. Trop seul malheureusement dans l'entrejeu pour véritablement rayonner. Ohé Ohé capitaine abandonné

Moutinho (3) : "Je suis actuellement en vacances jusqu'au 13 décembre, en cas d'urgence merci de contacter mon collègue Jérémy Toulalan "

Kondogbia (5) : Il s'est battu au milieu de terrain, où il a essayé de faire régner sa puissance physique. De quoi faire plaisir à Willy Sagnol.

Ferreira Carrasco (7) : Ces soirées-là, on drague, on branche toi-même tu sais pourquoi Auteur de multiples déboulés sur son côté gauche, Yannick a martyrisé la défense portugaise, avec bien plus de style que Travolta.

Ocampos (3) : Sa tentative de retourné dans la surface est à l'image de sa prestation : inaboutie, risible et désespérée. Remplacé par le brave Nabil Dirar (62e), plus percutant.

Traoré (3) : Esseulé et à court de rythme, l'Ivoirien a peu pesé sur le jeu. Comme quoi on peut faire plus de deux mètres et ne prendre aucun ballon de la tête. Heureusement pour le ballon d'ailleurs, puisqu'un perroquet semble s'être lâché sur son crâne. Remplacé...




















...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant