Taksim, temple de la République turque

le
0
Le réaménagement de cette place d'Istanbul a déclenché la révolte contre Erdogan.

Istanbul

Figure historique préférée du premier ministre turc, Mehmet le Conquérant a pris Constantinople en 1453. À défaut de faire tomber les remparts de la vieille ville comme son ancêtre, Recep Tayyip Erdogan rêve de laisser son empreinte sur Taksim. S'il a fini par ordonner, samedi, le retrait des forces de police de la place afin de calmer les manifestants, l'ancien maire d'Istanbul n'a renoncé que partiellement au projet de réaménagement urbain à l'origine de la révolte. Dans une interview télévisée, dimanche, il a concédé qu'un centre commercial n'y serait finalement peut-être pas construit mais il a réitéré, entre autre, sa volonté d'y ériger une mosquée.

La place de Taksim est au c½ur d'une bataille idéologique et des enjeux politiques. Et ce n'est donc pas un hasard si c'est l'arrachage programmé de quelques arbres dans le parc de Gezi, adjace...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant