Takieddine refuse d'être le «bouc émissaire» de l'affaire Karachi

le
0
Dans un livre à paraître jeudi, l'homme d'affaires franco-libanais clame de nouveau son innocence et dénonce l'instrumentalisation contre Nicolas Sarkozy de l'affaire Karachi.

Ziad Takieddine contre-attaque. Dans «L'ami encombrant», ouvrage à paraître jeudi, l'homme d'affaires franco-libanais clame de nouveau son innocence et prévient qu'il refuse de devenir «le bouc émissaire» de l'affaire Karachi.

«Bouc émissaire d'une tentative d'élimination politique, je réagis et je témoigne», se justifie-t-il dans un livre dans lequel il s'en prend notamment au juge Renaud Van Ruymbeke qui l'a mis en examen à l'automne dans le volet financier de l'affaire. Il explique aussi refuser d'être «un dommage collatéral d'une lutte implacable pour le pouvoir et les parts de marché».

La justice française s'intéresse à un circuit de corruption présumé ayant accompagné la vente de sous-marins au Pakistan et de frégates à l'Arabie Saoudite en 1994. A des commissions versées à des décideurs, légales à cette époque, se seraient ajoutées des «rétrocommissions» par lesquelles une partie des sommes revenait illégalement en France au profit de res

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant