Takieddine bientôt entendu sur ses accusations contre Sarkozy

le
0
ZIAD TAKIEDDINE SERA ENTENDU PAR LA POLICE À PROPOS DE LA CAMPAGNE DE 2007 DE NICOLAS SARKOZY
ZIAD TAKIEDDINE SERA ENTENDU PAR LA POLICE À PROPOS DE LA CAMPAGNE DE 2007 DE NICOLAS SARKOZY

PARIS (Reuters) - L'intermédiaire Ziad Takieddine, qui dit avoir des preuves du financement par la Libye de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy, sera entendu par la police pour vérifier ces allégations, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

L'homme d'affaires, mis en examen dans l'enquête sur une supposée corruption en marge de contrats d'armements et de la campagne présidentielle de 1995, a été entendu le 19 décembre dernier par le juge Renaud Van Ruymbeke, audition durant laquelle il a fait ces déclarations non sollicitées.

Le juge a transmis ces allégations au parquet de Paris, déjà saisi d'une plainte de Nicolas Sarkozy pour faux à l'encontre du site d'informations sur internet Médiapart, qui a lancé des accusations similaires à celle de Ziad Takieddine.

Le parquet a décidé de saisir à la fois la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) et la Division nationale d'investigation financière et fiscale (DNIFF) pour vérifier les preuves dont disposerait l'homme d'affaires.

"Oui, la Libye a financé (Nicolas) Sarkozy et (Claude) Guéant", avait déclaré Ziad Takkiedine dans Le Parisien début janvier.

Il évoque plusieurs rencontres entre Bachir Saleh, secrétaire particulier de Mouammar Kadhafi et Claude Guéant, alors directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur, pour discuter des modalités de ce financement présumé qui porterait sur un montant total supérieur à 50 millions d'euros.

Ces allégations ne sont pas neuves, Saïf al-Islam Kadhafi, le fils de l'ancien dirigeant libyen, ayant à plusieurs reprises affirmé que son pays avait financé la campagne de 2007 de l'ancien président. Mais Ziad Takieddine dit avoir vu les preuves, et savoir où elles se trouvent.

Nicolas Sarkozy a toujours démenti ces allégations, faisant valoir qu'il avait été le fer de lance de l'intervention militaire qui allait entraîner la chute de Mouammar Kadhafi.

L'ancien secrétaire général de l'Elysée sous Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, a catégoriquement nié ces accusations.

"Tout cela est absolument fantaisiste, c'est complètement faux", avait-il dit début janvier à Reuters. "Je me demande bien ce qui peut conduire à dire des choses qui sont complètement fausses".

Nicolas Bertin, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant