Taïwan vote sur ses rapports avec Pékin

le
0
Le président Ma Ying-jeou, artisan du rapprochement avec la Chine, brigue un second mandat

Cette fois-ci, les rassemblements de l'opposition taïwanaise ont pris d'étranges couleurs. Un rose fort délicat, mais qui rompt avec la tonalité habituelle. À Taïwan, il y a depuis longtemps les «Verts» contre les «Bleus». Les «Verts» du DPP (Democratic Progressive Party) et les «Bleus» du Kuomintang, le parti au pouvoir. Les deux camps s'affrontent dans une double élection, présidentielle et législative. La bataille n'a jamais aussi été serrée. Et, surtout, les enjeux sont cruciaux. Le résultat conditionnera les relations entre la Chine et Taïwan, dans les quatre prochaines années. Et par voie de conséquence, influera sur la relation entre Pékin et Washington, traditionnel protecteur de l'île rebelle.

Le rose, donc, habille le DPP. «C'est naturel, puisque notre candidate est une femme, une grande première fois de l'histoire de Taïwan!» s'enthousiasme une jeune étudiante revenue de France pour voter. Mais cette couleur rose permet aussi de lisser l'image

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant