Taïwan: la vidéo comique du président sortant fait un carton en ligne

le
0
Taïwan: la vidéo comique du président sortant fait un carton en ligne
Taïwan: la vidéo comique du président sortant fait un carton en ligne

Les opposants au président taïwanais sortant Ma Ying-jeou lui reprochent son manque de charisme. Mais celui-ci a publié une vidéo comique improbable pour présenter ses adieux qui fait un carton sur internet.Président le mieux élu de l'histoire taïwanaise, Ma Ying-jeou transmet le pouvoir vendredi avec une popularité en lambeaux et des détracteurs qui l'accusent d'avoir été la marionnette de Pékin.Les observateurs estiment que son impopularité s'explique en partie par le fait qu'il n'a pas su être en phase avec les citoyens ordinaires.Dans une tentative de dernière minute pour montrer qu'il est doté d'un sens de l'humour, le chef de l'Etat a publié une vidéo pince sans rire sur sa page Facebook où il fait allusion à son surnom "bois de cerf".Il s'agit d'une erreur qu'il avait faite en affirmant que la médecine chinoise traditionnelle utilisait du poil prélevé sur les oreilles de ces animaux plutôt que leurs bois, en raison d'une méprise sur le sens d'un terme chinois désignant les bois des jeunes cerfs.Dans les manifestations de l'opposition, il n'était pas rare de voir des bannières le montrant avec des bois de cerf sur la tête."Je reconnais que j'avais tort. Je suis prêt à être puni", dit-il, se disant prêt à recopier trois fois la définition du terme en question.M. Ma s'était également attiré des quolibets pour sa "poignée de main de la mort", des internautes s'étant répandus sur les malheurs de ceux qui avaient eu à lui serrer la main."Je ne savais pas que j'avais tant de force dans les mains. J'ai intérêt à les soigner", dit le président en se passant de la crème hydratante. La vidéo a été regardée 5,5 millions de fois et a attiré près de 40.000 commentaires, pour la plupart de remerciements. "Je vous ai aimé, je me suis plaint de vous, je vous ai même insulté. Mais au bout du compte, je dois quand même vous remercier", écrit Janus Lai.Issu des rangs du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant