Taiwan-Des étudiants occupent le ministère de l'Education

le
0

TAIPEH, 31 juillet (Reuters) - Des centaines d'étudiants taiwanais ont envahi tôt vendredi les locaux du ministère de l'Education, à Taipeh, pour protester contre des manuels jugés trop favorables à la vision qu'a Pékin de l'histoire récente. Environ 700 étudiants ont réussi à franchir des barrières dressées aux abords du ministère et vendredi matin, 200 d'entre eux campaient à l'intérieur des locaux, en exigeant d'être reçus par le ministre, a rapporté la police. "Nous avons reçu l'ordre de ne pas chasser les étudiants", a dit un porte-parole de la police. Ces derniers mois, de jeunes militants ont massivement manifesté, s'opposant aux forces de police et envahissant des édifices gouvernementaux, afin de protester contre la politique, trop tournée vers la Chine continentale à leurs yeux, du président Ma Ying-jeou et de son Parti nationaliste. Ces manifestations illustrent le regain de nationalisme au sein de la jeunesse, bien plus encline que les générations antérieures à s'identifier comme taiwanaise plutôt que comme chinoise. Le Mouvement Tournesol des étudiants pourrait bien décider de l'issue de l'élection présidentielle de janvier prochain, en faisant élire un chef d'Etat issu d'un parti favorable à l'indépendance, ce que le Parti communiste chinois, à Pékin, ne permettra jamais. La dernière manifestation en date a débuté jeudi soir devant le siège du ministère de l'Education à la suite du suicide d'un homme qui avait été arrêté lors d'un rassemblement du même genre la semaine dernière. Les étudiants estiment que les modifications apportées aux manuels des lycées correspondent à une version de l'histoire destinée à leur faire accepter la politique d'"une seule Chine" prônée à Pékin. La Chine populaire considère toujours, depuis 1949, Taiwan comme une province renégate et n'exclut pas de recourir à la force un jour pour la ramener dans son giron. Le président Ma Ying-jeou a signé une série d'accords économiques et commerciaux avec Pékin, même s'il n'a pas engagé de pourparlers politiques et que des suspicions mutuelles demeurent, notamment dans l'île nationaliste attachée à son système démocratique. (Michael Gold; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant