Tahiti veut améliorer la qualité de ses perles

le
0
Des recherches vont permettre de faire la sélection des meilleures huîtres perlières.

Dans un simple local situé à quelques mètres des eaux claires du lagon de Vairao au sud de l'île de Tahiti se trouvent de longs et minces bacs remplis de quelques centimètres d'eau. «C'est notre nursery», explique avec fierté Gilles Le Moullac, responsable du laboratoire de domestication de l'huître perlière au centre de recherche du Pacifique de l'Ifremer. Il plonge la main dans un bac et sort de l'eau des dizaines de petits flocons sombres d'à peine un millimètre de diamètre. «Chaque petit point est un naissain d'huître», précise le scientifique.

La maîtrise de l'élevage des mollusques fait partie des nombreuses recherches menées au centre Ifremer de Vairao pour améliorer la qualité des perles noires de Tahiti. La culture des perles est un enjeu économique majeur pour la Polynésie française, et représente la deuxième ressource économique après le tourisme. «La perliculture a aussi un rôle social important, car elle permet à des populations de vivre su

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant