Tafta : les pseudo révélations de Greenpeace

le
0
Manifestation contre le traité transatlatique à Paris le 18 avril.
Manifestation contre le traité transatlatique à Paris le 18 avril.

L'ONG Greenpeace a frappé un grand coup lundi en publiant le projet d'accord de libre-échange entre l'Europe et les États-Unis. Évidemment, l'organisation y voit la confirmation de ses craintes. « Ce traité mettrait les intérêts des grandes entreprises au centre du processus de décision politique et législatif au détriment des enjeux environnementaux ou de santé publique », affirme Jorgo Riss le directeur de l'unité européenne de Greenpeace, dans un communiqué.

Principal argument, le « principe de précaution » utilisé en Europe ne serait pas mentionné, notamment dans le chapitre sur la coopération réglementaire entre les deux puissances économiques. En revanche, l'approche américaine, fondée sur l'évaluation des risques des produits, serait mentionnée à plusieurs reprises. De quoi saper la capacité des régulateurs européens de prendre des mesures préventives, par exemple contre un produit chimique qui serait jugé dangereux.

Des affirmations contestables

Mais il ne s'agit que d'une version provisoire du projet de traité, concernant 12 chapitres sur 24 envisagés, issue du 12e round de négociation et alors qu'un 13e round s'est tenu toute la semaine dernière à New York. Depuis, la Commission a encore fait évoluer ses positions. Et pourtant, la version révélée par Greenpeace contredit déjà les affirmations de l'ONG.

« L'argument de Greenpeace sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant