Tafta : «La France, à ce stade, dit non», assure Hollande

le
0
Tafta : «La France, à ce stade, dit non», assure Hollande
Tafta : «La France, à ce stade, dit non», assure Hollande

«A ce stade» des négociations, «la France dit non» au traité de libre-échange atlantique (Tafta ou TTIP), a prévenu mardi François Hollande au lendemain des divulgations par Greenpeace de documents sur les discussions. «Nous ne sommes pas pour le libre-échange sans règle», a-t-il justifié.

«Jamais nous n'accepterons la mise en cause des principes essentiels pour notre agriculture, notre culture, pour la réciprocité pour l'accès aux marchés publics», a ajouté le chef de l'Etat en clôture du colloque «La gauche au pouvoir», à Paris, à l'occasion du 80e anniversaire du Front populaire.

«Nous avons posé des principes dans le cadre des négociations commerciales internationales. Je pense aux normes sanitaires, alimentaires, sociales, culturelles, environnementales», a-t-il également lancé.

Le Tafta suscite des inquiétudes à gauche comme à droite. Les propos du président ont d'ailleurs été salués par plusieurs personnalités, dont Corinne Lepage ou l'eurodéputée écologiste Karima Delli.

Bravo Monsieur le président pour refuser en l'état le #TAFTA .vous aurez une majorité de Français derrière vous à ce sujet.— Corinne Lepage (@corinnelepage) May 3, 2016

#TAFTA @fhollande annonce qu'en l'état actuel "laFrance dit non". Espérons qu'il aille au bout, pas comme avec son ennemie la Finance...— Karima Delli(@KarimaDelli) May 3, 2016

Lundi, Greenpeace a publié 248 pages de documents confidentiels du projet d'accord, assurant que celles-ci confirmaient «les menaces sur la santé, l'environnement et le climat» s'il était adopté.

Dimanche déjà, François Hollande avait assuré que la France «dira non à toute conclusion» du Tafta qui «mettrait notre agriculture en difficulté». « Même si nous sommes pour qu'il y ait des échanges avec de grands continents, et notamment américain, nous voulons que ces échanges soient basés sur la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant