Tactique, cynisme et romantisme, revoilà l'Italie !

le
0
Tactique, cynisme et romantisme, revoilà l'Italie !
Tactique, cynisme et romantisme, revoilà l'Italie !

Il y a deux ans, Antonio Conte et ses hommes reprenaient une Nazionale vice-championne d'Europe, mais éliminée au premier tour du Mondial brésilien. Depuis, le futur manager de Chelsea a entrepris un défi immense qui pourrait devenir l'une des plus belles prouesses de football de sélection de l'histoire. À condition de faire chuter cette Roja royale.

— Des buts et des mots —


Quoi qu'il arrive ce lundi soir au Stade de France contre l'Espagne, les Italiens auront offert deux performances à l'histoire du football européen. La première a eu lieu sur le terrain le lundi 13 juin à Lyon : une démonstration tactique contre la Belgique de Wilmots (2-0) qui a consacré la qualité du jeu long de Bonucci et la fluidité du 3-5-2 de Conte.
« Rien n'est impossible, ce serait bien trop simple si les prévisions étaient toujours respectées. Renverser le sort d'une lutte inégale, c'est le sel de la vie et du football. »Antonio Conte
La seconde, elle, a eu lieu hier à Paris en salle de presse : une performance verbale d'Antonio Conte capable de transporter émotionnellement tout un pays. Musique : " Nous ne voulons pas rentrer à la maison, car nous ne sommes pas la victime sacrificielle de l'Espagne. Nous devons dépasser la raison, parce que demain, l'ordinaire ne suffira pas. Et je suis convaincu que nous pouvons faire quelque chose d'extraordinaire. Si nous nous limitons à la raison, si nous pensons à la situation, nous perdons. Nous sentons la responsabilité d'un peuple qui souffle derrière nous. Rien n'est impossible, ce serait bien trop simple si les prévisions étaient toujours respectées. Renverser le sort d'une lutte inégale, c'est le sel de la vie et du football. " Plus question, donc, de parler de possession à la Prandelli ou d'évoquer le jeu espagnol comme un modèle. Aujourd'hui à 18h, c'est toute l'Europe qui passe à table.

— Projet tactique —


Quand il s'exprime sur la construction de son grand Milan, Arrigo Sacchi choisit les mots suivants : " J'ai toujours pensé que le moteur du football était le jeu. Et en partant de cette idée de jeu, j'allais chercher des personnes de confiance, et puis des joueurs fonctionnels avec ce système. Et nous nous sommes mis à travailler ensemble. Je n'arrêtais pas de répéter :
« L'individu peut te faire gagner un match, mais les exploits se font avec une [SPAN…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant