Tacalfred : "Parfois dans le foot, il n'y a pas de pitié"

le
0
Tacalfred : "Parfois dans le foot, il n'y a pas de pitié"
Tacalfred : "Parfois dans le foot, il n'y a pas de pitié"

Avec le Stade de Reims, l'homme a tout vécu : la descente en National, la remontée en Ligue 2 puis en Ligue 1 et le renouveau dans l'élite. Mickaël Tacalfred était même prêt à "signer un CDI" avec le club rémois. Au lieu de ça, il a quitté son club par la petite porte. Ce vendredi, le défenseur central retrouve Auguste-Delaune avec l'AJ Auxerre, qui connaît un début de saison pourri. Mais Tacalfred ne regrette rien de sa venue en Bourgogne. Questions pour un champenois déchu.

"Si je pouvais signer un CDI, ici, je le ferais ", c'est ce que tu déclarais il y a un an (So Foot #131). Mais finalement, cet été, le Stade de Reims n'a pas souhaité te conserver ...
Oui, c'est que je voulais et pas mal de personnes me disait aussi que j'allais finir ma carrière à Reims. Mais ce ne sera pas le cas. À vrai dire, je suis toujours un peu amer. J'étais très attaché au club. J'ai tout vécu là-bas. Est-ce que j'ai eu des explications ? Plus ou moins, on va dire que je n'ai pas reçu des explications bien franches. Comme j'arrivais en fin de contrat, j'ai discuté avec le président au mois de mars, bien avant la fin de saison, pour lui demander ce qu'il en était par rapport à mon avenir. À ce moment-là, il n'était pas capable de me donner une réponse, Qu'on me garde ou qu'on ne me garde pas, je ne trouve pas ça normal... Parfois, dans le foot, il n'y a pas de pitié.

En huit années à Reims, tu as vécu une descente la première et la dernière saison, deux montées, trois championnats et six entraineurs, mais tu n'espérais sûrement pas que ça se finisse de la sorte...
Pas du tout. Je n'imaginais même pas un tel scénario. Après huit saisons passées au club, je n'imaginais pas que cela puisse se finir comme ça, en queue de poisson. Surtout avec une descente en Ligue 2 à la clef. C'est sûr que ça fait mal. J'ai passé l'âge, je ne suis plus un petit jeune. Après tout ce que j'ai fait au club, la moindre des choses, c'est d'avoir une discussion claire et nette entre quatre yeux. C'est tout. Au moins que l'histoire se finisse de belle manière.

« La montée en Ligue 1 en 2012, c'est un moment inoubliable. Inoubliable. Quand j'y repense, ça me donne des frissons. Aujourd'hui, je ne sais pas si je pourrais revivre des moments comme celui-là... »

Du coup, tu n'as pas fait tes adieux au public rémois...
Quelque part, je n'étais pas préparé à partir. Moi, j'attendais de savoir ce qu'il en était. Si j'ai discuté avec le président au mois de mars, c'était pour anticiper les choses et pour ne pas rester comme un con en fin de saison. Malheureusement,…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant