Tabaré Viudez, le filleul de Gallardo

le
0

Recrue exigée par Marcelo Gallardo depuis son arrivée à la tête de River Plate, Tabaré Viudez a enfin disputé ses premières minutes sous les couleurs du finaliste de la Copa Libertadores. Une passe décisive et un but plus tard, l'Argentine commence à comprendre l'obstination de Gallardo. Parcours d'un surdoué qui n'a jamais connu la consécration.

Nous sommes le 8 mars 2009. Tabaré Viudez, 19 ans, remplace David Beckham. Le Milan AC de Carlo Ancelotti bat l'Atalanta Bergame sur le score de 3 à 0, et le Mister décide donc d'offrir un baptême du feu assez spécial au jeune Uruguayen. Viudez entre sur la pelouse de Giuseppe Meazza, mais l'arbitre siffle directement la fin de la rencontre. Ce sera la seule minute officielle disputée par le natif de Montevideo sous les couleurs des Rossoneri. Paolo Maldini est le premier à venir féliciter (et à gentiment taquiner) Viudez, qui n'a même pas eu le temps de toucher un ballon : "Demain, tu auras la journée libre pour l'effort que tu as fait", glisse le capitaine légendaire à la jeune promesse. Six ans plus tard, c'est Marcelo Gallardo qui offre une résurrection à Viudez. Nous sommes le 21 juillet 2015, au stade Defensores del Chaco. River est mené par Guaraní, et la pression des Paraguayens s'accentue. Mais dix minutes suffisent à Viudez pour offrir une superbe passe décisive à Lucas Alario, qui envoie River Plate en finale de la Copa Libertadores, dix-neuf ans après.



À la fin du match, Gallardo résume en une simple phrase son insistance pour recruter l'attaquant (qui peut aussi évoluer sur les ailes ou en meneur de jeu), qui évoluait en Turquie, à Kasımpaşa : "Personne ne le connaissait en Argentine, mais les supporters de River vont en profiter."

Parti trop tôt ?


Tabaré Viudez, c'est d'abord la sensation du Mondial des moins de vingt ans, en Égypte, lors de l'année 2009. Un crack qui, un mois avant cette compétition, a vu son contrat résilié par le Milan AC. Malgré les éloges de Carlo Ancelotti, le club se sépare d'un Viudez revanchard : "Ils ont résilié mon contrat, c'est tout. Maintenant, je n'ai pas de club. Je vais revenir en Uruguay, et j'essaierais de mieux jouer pour renouer avec ce rêve de jouer à l'étranger. J'aimerais revenir un jour au Milan, avec plus d'expérience", déclare-t-il lors d'une interview sur le site de la FIFA, lors de la compétition. L'Uruguay s'arrête en huitièmes de finale, mais Viudez illumine le tournoi de son talent, et se fait remarquer grâce à un superbe but face à l'Angleterre.







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant