Tabac : les buralistes menacés de pénurie en raison d'un conflit social

le
4
Tabac : les buralistes menacés de pénurie en raison d'un conflit social
Tabac : les buralistes menacés de pénurie en raison d'un conflit social

Le spectre de la pénurie de tabac, qui guette fumeurs et buralistes depuis maintenant une semaine, semble se confirmer. Alors que le conflit chez leur fournisseur Logista impacte fortement 5 000 buralistes du nord, de l'est et de l'Ile-de-France, le mouvement de grève s'est durci dans le sud-est, vendredi, menaçant un peu plus l'approvisionnement de 3 600 points de vente de la région Rhône-Alpes.

Des syndicalistes de la direction régionale de distribution (DRD) de Lyon-Mions envisagent désormais de voter la grève tous les jours, contre une grève tous les deux jours jusqu'à présent. Réclamant des hausses de salaires, ils se heurtent au refus de la direction. Les débitants de tabac, eux, se sentent «pris en otage».

«Les négociations sont bloquées. Logista et les syndicats campent sur leur position. Quant à nous, on descend... La situation est de plus en plus dure», se désole Gérard Bohélay, président de la fédération des buralistes d'Ile-de-France. Outre Lyon et Paris, des mouvements partiels se sont poursuivis, jeudi et vendredi, au Mans et à Toulouse. «Une organisation a été mise en place sur ces deux sites pour permettre de préparer et livrer l'équivalent d'une journée de préparation sur les deux journées impactées», a souligné Logista.

Risques de braquages aggravés

La paralysie au centre de Paris-Lognes, où ni préparation de commande, ni livraison n'est possible, a provoqué la «colère» des porte-parole des buralistes. «Au bout de six jours de blocage, (5 000 entreprises) n'ont plus rien à vendre et leur personnel est au chômage technique», écrivait Gérard Bohélay, jeudi, dans un courrier au président de Logista France, Laurent Bendavid. Dans cette lettre, dont les ministres de l'Intérieur et du Budget ont reçu une copie, il appelait la société, ex-Altadis, à prendre des mesures concrètes : «La situation a assez duré. Je vous demande de prendre des dispositions pour livrer les buralistes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le samedi 18 jan 2014 à 09:42

    Quand e pense que la moindre cartouche de blondes, dans n'importe quel aéroport hors d'Europe, est à moins de 20$ il y a de quoi sérieusement se poser des questions sur le prix du tabac...

  • M5441845 le samedi 18 jan 2014 à 09:41

    Pas de souci pour les fumeurs,grâce a la fiscalité,ils ont organisés depuis longtemps leurs filières pour avoir leurs cloppes

  • jean.coq le samedi 18 jan 2014 à 09:31

    Je ne fume pas, donc pas de problème. Mais je constate qu'il ne se passe pas un jour sans grève quelque part en France. C'est surement comme ça que l'on va réduire le chomage ...

  • M4328752 le vendredi 17 jan 2014 à 23:30

    Enfin, les fumeurs vont pouvoir s'arrêter !