Tabac : feu vert des députés au paquet neutre mi-2016

le
0
Tabac : feu vert des députés au paquet neutre mi-2016
Tabac : feu vert des députés au paquet neutre mi-2016

Les députés ont donné ce mercredi leur feu vert en commission à des mesures anti-tabac, dont le paquet neutre et l'interdiction de fumer en voiture en présence d'enfants, en enrichissant le plan gouvernemental intégré dans le vaste projet de loi Santé.

En Europe, «la France est le mauvais élève en matière de lutte contre le tabac», qui fait 73 000 morts par an, a rappelé la ministre de la Santé, Marisol Touraine, devant la commission des Affaires sociales.

Pour «changer de braquet», les députés ont validé le principe à partir de mai 2016 de paquets de cigarettes neutres, ayant tous la même forme, la même taille, la même couleur et la même typographie, sans aucun logo. Le nom de la marque continuera toutefois d'apparaître en petit sur les paquets.

Ces paquets neutres ont été introduits pour la première fois en Australie fin 2012, où les résultats sont «significatifs» selon Marisol Touraine. L'Irlande a voté en février une loi pour l'imposer, suivie ce lundi par le Royaume-Uni.

La colère des marques

La mesure a suscité dans l'Hexagone une levée de boucliers chez les cigarettiers qui menacent d'actions en justice, et chez les buralistes qui mènent une campagne de sensibilisation, à grand renfort d'affiches proclamant «oui à la prévention, non à la punition».

«En France, ce sont déjà une industrie et des buralistes qui souffrent, avec la fermeture d'un quart des bureaux de tabac depuis 2005», a encore fait valoir lundi un haut responsable du cigarettier britannique Imperial Tobacco (ex-Seita), voyant dans le paquet neutre une «mesure gadget et désastreuse».

De son côté, Philip Morris France estime dans un communiqué que «le gouvernement français ne devrait pas se précipiter pour adopter cette mesure mal conçue et bancale (...) qui pourrait générer une explosion encore plus grande du marché parallèle français».

Japan Tobacco International (JTI) évoque «une expropriation des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant