T.De Lamotte : " Me donner au maximum pour être à mon niveau "

le
0
T.De Lamotte : " Me donner au maximum pour être à mon niveau "
T.De Lamotte : " Me donner au maximum pour être à mon niveau "
Dixième du dernier Vendée Globe et huitième de la Transat Jacques-Vabre avec François Damiens l'an dernier, Tanguy de Lamotte repart sur les océans avec le projet Initiatives-coeur. Doté d'un nouveau bateau, le Versaillais participera à la Route du rhum dès le 2 novembre avec toujours l'objectif d'allier sport et solidarité.

Tanguy de Lamotte, vous repartez pour une nouvelle aventure avec Initiatives-c½ur, parlez nous de ce projet ?
C'est la suite d'un projet que l'on a commencé avec Initiatives-c½ur pour le Vendée Globe 2012, même bien en amont sur la Solidaire du chocolat, et puis surtout avec Mécénat Chirurgie Cardiaque en 2005. On a la chance de pouvoir prolonger ce projet et c'est vrai que cela fait extrêmement plaisir. En plus on accueille un nouveau sponsor, K-Line, qui s'implique aux côtés de l'association pour sauver des enfants. K-Line, Initiatives-c½ur, plus l'envie que l'on a d'aller plus vite sur le nouveau bateau rend tout ça très excitent et je suis très content de pouvoir prolonger cette aventure.

Quel sera l'enjeu sportif par rapport au Vendée Globe ou votre objectif était juste de finir la course ?
Il faut arrêter de dire qu'il faut « juste » finir le Vendée Globe ! C'est vraiment le plus dur et c'est vrai que j'avais un bateau un peu plus vieux même si je l'ai mené d'une manière sportive. J'ai réussi à tirer dessus le plus possible, tout en sachant que je ne voulais pas casser du matériel bêtement. C'est une course d'endurance donc cette fois-ci ce sera différent. Le bateau est plus fragile, il est plus léger mais il va plus vite et moi j'ai plus d'expérience. Encore une fois je le mets en parallèle avec le fait que l'on va essayer de sauver plus d'enfants grâce à plus de sponsors. C'est génial de voir que tout cela grossit. Si je devais me fixer un objectif sur ce Rhum, je dirais autour de la cinquième place car il y a des bateaux comme Safran (Marc Guillemot), PRB (Vincent Riou), Macif (François Gabart) ou Maître Coq (Jérémie Beyou) avec lesquels je ne peux pas encore rivaliser. En tout cas, je vais essayer de me donner au maximum pour être à mon niveau.

Parlez nous de votre bateau. Votre précédent appartenait à Catherine Chabaud (ndlr : Première femme à avoir bouclé le Vendée Globe, en 1997) mais celui-ci à également une histoire...
Oui, c'est l'ancien bateau de Vincent Riou qui a sauvé Jean Le Cam au Cap Horn (ndlr : lors du Vendée Globe 2008-2009). C'est un bateau qui a aussi fait le Vendée Globe une deuxième fois (en 2012-2013) avec Arnaud Boissières (sous le nom de AKENA Vérandas, 8eme) et c'est une belle histoire. J'espère que l'on va écrire une nouvelle ligne à son palmarès et j'en serais fier.

Concernant la préparation, à moins de trois semaines du départ, où en êtes-vous ?
Physiquement tout va bien. Je suis presqu'à mon pic de forme et j'ai un peu de temps de repos la semaine prochaine pour récupérer et être sûr d'être dans les starting-blocks le 2 novembre. C'est une course assez courte - par rapport au Vendée Globe - qui, du coup, va être assez intense. Il faut donc se préparer à ce que les premiers jours soient difficiles et sollicitent le bonhomme. Il faut être directement dans le match et ne pas perdre le premier set bêtement. Tout se passe en quinze jours (ndlr : Jourdain a gagné en 12j11h en 2006) donc il faut vraiment être bien et amariné sur le bateau le plus vite possible pour ne pas faire d'erreurs.

Et le bateau ?
Techniquement, le bateau a été fiabilisé parce que ce n'est pas un bateau neuf. Ça reste une petite course, en termes de durée, donc les enjeux de fiabilité ne sont pas les mêmes et je suis assez serein sur l'état actuel du bateau. On a fait les modifications que l'on voulait pour l'adapter à ma manière de naviguer (ndlr : l'étrave a été changée). Je suis vraiment content et presser de partir pour me frotter à mes adversaires - mais néanmoins amis - dans la classe IMOCA, et faire ma première traversée en solitaire sur ce bateau-là.

« 1 clic = 1 ¤, 1 partage = 2¤ »

Une fois le départ donné, comment ceux qui le souhaitent pourront-ils vous suivre ?
Le meilleur endroit pour suivre la course, c'est sur le site initiatives-c½ur.fr. Premièrement vous pourrez cliquer et nous aider à sauver des enfants et deuxièmement vous pourrez suivre la progression du bateau minute par minute. On a mis en place un programme qui permet de voir les informations du bateau en instantané, donc on peut voir la force du vent, la direction et la vitesse du bateau, savoir quand je dors ou je mange, etc. Moi, j'ai un iPad dans lequel je rentre les actions que j'effectue. Quand je dis que je vais manger, le repas qui est prévu s'affiche à l'écran et on sait ce que je vais manger. On sait combien de temps je dors, on sait quand je fais des man½uvres... donc tout ça c'est vraiment quelque chose qui n'a jamais été fait avant. Vous pourrez suivre en direct ce qui m'arrive. En plus j'ai des moyens d'envoyer des messages en live donc il y a plein d'informations que vous n'aurez nulle part ailleurs.

Comment faire pour soutenir votre projet et aider l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque ?
Vous pouvez toujours cliquer sur le même principe de « 1 clic = 1 euro » pour l'association, pendant la course. A chaque clic les partenaires donnent un euro à l'association. La nouveauté, c'est qu'à chaque partage, c'est-à-dire quand vous partagez une information de l'association à vos amis sur les réseaux sociaux, 2 euros seront reversés à Mécénat Chirurgie Cardiaque. N'hésitez pas ! Nous sommes là pour sauver le maximum d'enfants et vous, ça ne vous coûte rien, donc allez y à fond !

Combien d'enfants espérez-vous sauver ?
Sur la Route du Rhum, on espère pouvoir en sauver une dizaine mais si on peut en sauver 12 ou 15, on ne se retiendra pas ! Sur la globalité du projet, je pense que l'on peut atteindre 50 à 60 enfants sauvés même s'il n'y a pas vraiment de limites. Il faut que toutes les bonnes volontés restent dans la même direction et que l'on puisse faire passer le message plus longtemps et le mieux possible. Avec plein de petits plus on arrivera à faire une grande différence.

Dimitri GRESSARD

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant