Système U intéressé par la reprise de certains magasins Dia

le
1
SYSTÈME U INTÉRESSÉ PAR LA REPRISE DE CERTAINS MAGASINS DIA
SYSTÈME U INTÉRESSÉ PAR LA REPRISE DE CERTAINS MAGASINS DIA

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - Système U est intéressé par la reprise d'un petit nombre de magasins de Dia en France et ne voit aucun signe d'accalmie dans la redoutable guerre des prix à laquelle se livrent les distributeurs en France.

Le sixième distributeur français serait intéressé par la reprise d'une trentaine de magasins sur un réseau de plus de 800 mis en vente par le groupe espagnol de hard discount, a déclaré à Reuters son président Serge Papin.

"Nous avons regardé. Nous serions intéressés par un petit nombre de magasins, situés surtout en région parisienne et dans le sud de la France", a-t-il dit à l'approche d'un forum mondial sur la consommation organisé à Paris du 18 au 20 juin.

Une telle reprise pourrait s'inscrire dans un processus de cession imposé au futur repreneur par l'autorité de la concurrence ou celui d'un appel d'offres visant à répartir le réseau des magasins entre plusieurs repreneurs, schéma qui n'a, à ce jour, pas été retenu mais qui n'est pas exclu par les pouvoirs publics.

Carrefour et Casino sont intéressés par les actifs français de Dia mais n'ont pas formellement déposé d'offre, a-t-on appris lundi de source gouvernementale.

Carrefour se refusait lundi à tout commentaire tandis que personne n'était joignable chez Casino.

Le ministère de l'Economie suit le dossier de près et s'est dit particulièrement attentif à l'avenir des 7.500 salariés du distributeur espagnol en France.

DESTRUCTION DE VALEUR

Pour le président du groupement d'indépendants, les effets ravageurs de la guerre des prix sur les marges peuvent aussi être lourds de conséquences sur l'emploi.

"Tout le secteur est en destruction de valeur", a dit celui qui se présente volontiers comme le défenseur des producteurs agricoles et des PME de l'agroalimentaire et qui fustige les effets pervers de la loi de modernisation de l'économie (LME) largement responsable à ses yeux de la guerre des prix.

Alors que la confiance des ménages en France reste à un niveau très inférieur à sa moyenne de long terme, l'indice des prix des produits de grande consommation de grandes marques a accentué son recul à 3,0% en mai sur un an, selon Nielsen.

Bien que participant au mouvement qu'il déplore, il propose aux pouvoirs publics de "créer les conditions d'un nouveau pacte de responsabilité alimentaire".

"Il faut cesser la guerre des prix sur les grandes marques nationales pour un meilleur équilibre en faveur du secteur agricole et des PME", a-t-il dit, plaidant pour des "voies nouvelles" avant le prochain cycle de négociations commerciales entre distributeurs et fournisseurs.

Le président de Système U propose d'amender la LME en fixant des niveaux de vente minimum au-dessus du seuil de revente à perte. Aujourd'hui, les distributeurs se livrent à une guerre acharnée sur les produits de grande consommation en rognant sur leur marges qu'ils cherchent à reconstituer dans leurs négociations avec les PME moins puissantes.

En dégageant des marges plus élevées sur les produits de grandes marques, ils pourraient ainsi davantage équilibrer les négociations avec leurs plus petits fournisseurs.

Déflation et consommation morose ont contraint Serge Papin a révisé en baisse ses estimations de chiffre d'affaires pour 2014. Il table désormais sur des ventes stables à magasins comparables, après avoir anticipé, en février, une progression de 1,5%. En 2013, les ventes hors essence de Système U avaient totalisé 18,45 milliards d'euros.

Système U a gagné 0,3 point de part de marché en 2013, à 10,3%, ce qui le place derrière Carrefour (qui en a perdu 0,3 point à 20,3%), Leclerc (+1 point à 19,6%), Intermarché (+0,3 point à 14,2%), Casino (-0,6 point à 11,7%) et Auchan (-0,2 point à 11,3%), selon les données de Kantar WorldPanel.

Le distributeur, qui comptait 1.559 points de vente à la fin 2013, ambitionne d'atteindre 10,6% de part de marché en 2014.

Président du groupement d'indépendants depuis 2006, Serge Papin, 59 ans, ne briguera pas d'autre mandat à l'issue de celui de six ans qui s'achèvera en 2018.

(Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7955603 le lundi 16 juin 2014 à 18:24

    Système U tente de préserver ses marges afin de mieux massacrer les commerçants situés dans leur zone de chalandise