Syriza en tête des intentions de vote en Grèce-sondage

le
1

(Actualisé avec détails, contexte) ATHENES, 28 août (Reuters) - Le parti Syriza du Premier ministre grec Alexis Tsipras, qui a présenté sa démission la semaine passée, demeure en tête des intentions de vote pour les élections législatives anticipées du 20 septembre mais enregistre un repli de son audience, indique un sondage publié vendredi. Cette première enquête d'opinion de l'institut ProRata pour le journal Efimerida Ton Syntakton crédite la formation de gauche de 23% des intentions de vote devant les conservateurs de Nouvelle démocratie 19,5%. Le parti Unité populaire, créé la semaine passée par des frondeurs de Syriza opposés au nouveau plan de renflouement financier de la Grèce, n'est soutenu que par 3,5% des 1.000 personnes interrogées. Les Grecs indépendants, qui participaient à la coalition conduite par Tsipras, obtiendraient 2% et ne franchiraient pas le seuil des 3% nécessaires pour obtenir des élus au parlement. La précédente enquête de ProRata, publiée début juillet, montrait une avance plus substantielle pour Syriza avec 26% contre 15% à Nouvelle démocratie. Le sondage révèle que 64% des personnes interrogées estiment qu'Alexis Tsipras, arrivé au pouvoir à la faveur de la victoire de son parti aux élections de janvier, a eu tort de provoquer une nouvelle échéance électorale. En revanche, 68% des Grecs sont favorables au maintien de leur pays au sein de la zone euro à tout prix, même si cela signifie plus d'austérité. "Les réponses à ces deux questions conduisent à la conclusion que ces élections anticipées auront un coût pour l'(ancien) Premier ministre et pour Syriza", estime le journal. Un tiers des électeurs, qui avaient soutenu le parti de gauche lors du scrutin de janvier, affirment ne pas être certains de le faire à nouveau le mois prochain. Le sondage montre enfin que 25,5% des personnes interrogées se disent indécises. (George Georgiopoulos; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244933 le vendredi 28 aout 2015 à 10:13

    Ils ne sont pas rancuniers les grecs. Alors qu'ils avaient commencé péniblement un redressement sous le gouvernement précédent, ils ont voté pour Syriza avec des promesses délirantes. Catastrophe économique: banques fermées, effondrement PIB, vie difficile pour la population,... On les fait voter un référendum aussitôt oublié par Tsipras pour un accord plus sévère qu'avant. Et Tsipras laisse tomber la patate chaude en démissionnant. Mais Syriza reste en tête.

Partenaires Taux