Syrie : Washington, Paris et Londres pointent la responsabilité d'Assad

le
1
Syrie : Washington, Paris et Londres pointent la responsabilité d'Assad
Syrie : Washington, Paris et Londres pointent la responsabilité d'Assad

Les experts de l'ONU qui ont enquêté en Syrie ont trouvé des «preuves flagrantes et convaincantes» de l'utilisation de gaz sarin, un puissant neurotoxique, lors du massacre du 21 août à la Ghouta près de Damas qui aurait fait plus de 1400 morts selon les renseignements américains. Le rapport très attendu des experts onusiens précise que cette attaque été perpétrée à l'aide de roquettes sol-sol contenant ce gaz. Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies a dénoncé un «crime de guerre».

Si le mandat des enquêteurs de l'ONU ne prévoit pas de désigner les coupables, la Maison Blanche pointe le régime syrien. «Les informations dans ce rapport, indiquant que du gaz sarin a été lancé au moyen de fusées sol-sol que seul le régime possède, montre clairement qui est responsable» de cette attaque, a affirmé le porte-parole, Jay Carney.

Laurent Fabius, a estimé sur RTL que «quand on regarde précisément les données, les quantités de gaz toxique utilisées, la complexité des mélanges, la nature et la trajectoire des vecteurs, tout ça ne laisse absolument aucun doute sur l'origine de l'attaque». Cela «renforce la position de ceux qui ont dit que le régime est coupable», a-t-il poursuivi.

Le Royaume-Uni a rejoint la position de ses deux alliés, en jugeant qu'il «est extrêmement clair que le régime syrien est le seul à avoir pu en être responsable». Les trois pays s'étaient entendus dans la matinée à Paris sur la nécessité d'une résolution «contraignante».

Ban Ki-moon a réclamé que les responsables «rendent des comptes» et a demandé au Conseil de prévoir des sanctions si Damas ne respectait pas le plan de démantèlement de son arsenal chimique mis en place au terme d'un accord entre Russes et Américains ce week-end à Genève et que Damas a accepté. Il a rappelé que celui-ci prévoyait «qu'en cas de non-respect (par Damas de ses engagements), le Conseil de sécurité devrait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nmaalouf le mardi 17 sept 2013 à 01:53

    Washington, Paris et Londres sont des menteurs :http://www.voltairenet.org/article180213.html