Syrie : victoire de la barbarie

le
10
Bachar el-Assad en 2013
Bachar el-Assad en 2013

Le 27 septembre dernier, les Nations unies ont réussi à se mettre d'accord : la résolution 2118 annonce la destruction de l'arsenal chimique de Bachar el-Assad. S'il ne respecte pas ses engagements, il y aura des sanctions. Encore faut-il que Moscou ne s'oppose pas. Bref, les 110 000 morts, les 2 millions de réfugiés et les 5 millions de déplacés ne comptent pour rien. Bachar el-Assad se présente au monde les mains propres, la conscience tranquille et la victoire assurée. Il se permet même de fermer la porte aux Européens à la future conférence dite Genève 2 qui aura lieu vers la mi-novembre. C'est un homme comblé. Plus rien ne l'arrête et il n'encourt aucune condamnation ni poursuite par le Tribunal pénal international. Il se porte bien. Mais sa victoire, c'est la défaite du droit et de la justice, c'est la débâcle des États démocratiques, c'est la légitimation de la barbarie, c'est la mise à la poubelle des valeurs de civilisation. Si j'ai bien compris, il est autorisé à poursuivre le massacre de son peuple à condition qu'il n'utilise pas les armes chimiques. Mourir, oui, mais pas asphyxié. Il faut accepter de se faire tuer par balle, par bombe et autres missiles, des armes dites conventionnelles. Surtout pas de gaz. La mort devient étrange quand elle est provoquée par une arme invisible. Tous ceux que l'armée de Bachar a tués durant ces deux ans et demi l'ont été de manière "légale", et même "légitime" pour certains. Mais Bachar a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le dimanche 13 oct 2013 à 16:23

    Qu'est-ce que préfère Le Point ? La barbarie intégriste ? entre barbarie laïque et barbarie religieuse, j'ai choisi. On peut se débarasser de l'une et pas de l'autre.

  • b.mazade le mardi 1 oct 2013 à 17:43

    Quel titre lamentable, voir le même journal lorsque ce chef d'état était accueilli en France le 14/07/2008 !!

  • M8412500 le mardi 1 oct 2013 à 17:41

    Posez vous la question pourquoi sommes nous arrivés là nous pays occidentaux donneurs de leçons ont vendu des produits pour qu'il tue son peuple et aujourd'hui vous voulez le punir vous parlez de droit de démocratie c'est à vous la faute de ce qui se passe dans ce pays

  • nebraska le mardi 1 oct 2013 à 17:28

    Le titre MDR : C'est très bien, l'ingérence de nos "fameux pays démocratiques" dont nous faisons partis, est restée lettre morte pour une fois. En gros, mèlons nous de ce qui nous regarde point barre et arrêtons de vouloir donner des leçons au monde entier, d'autant que nos politiciens ne sont pas tout blanc, loin s'en faut !

  • M6697655 le mardi 1 oct 2013 à 14:28

    Le pôvre Tahar il découvre que Bachar est un barbare et ignore que ceux qui le combattent le sont encore plus;) Imaginez la même situation avec Israel impliqué : on aurait tous les "indignés" de la terre et plein de bateaux pour la Syrie!là , rien si ce n'est l'ONU qui se fait gifler par un fou furieux; vive la démocratie et vive Israel !!

  • baljo le mardi 1 oct 2013 à 11:00

    Enfin Le Point ne saurait manquer une si belle occasion de donner une tribune à un ignorant dès lors qu'il défend une thèse favorable aux djihadistes et anti-Poutine.

  • baljo le mardi 1 oct 2013 à 10:57

    Tahar Ben Jelloun ferai mieux de s'intéresser à son pays pour y dénoncer les abus de l'autorité et laisser la Syrie résoudre ses problèmes.

  • baljo le mardi 1 oct 2013 à 10:54

    " a démontré avec beaucoup de preuves et de documents l'origine et les détails de l'attaque. La responsabilité de Bachar el-Assad est totale et incontestable." Beaucoup de preuves,ça veut dire qu'il n'y en à pas, De documents, les quels?Human Rights Watch par qui sont-ils financés?

  • baljo le mardi 1 oct 2013 à 10:51

    Tahar Ben Jelloun est certes un écrivain de renom, mais en quoi est-il plus qualifié qu'un autre pékin pour que le Point lui donne la parole sur ce sujet.

  • EggsKull le mardi 1 oct 2013 à 10:26

    Quel torchon, c'est bien le Point ça...