Syrie-USA et Russie négocient la levée du blocus d'Alep-émissaire

le
0
    BEYROUTH, 4 septembre (Reuters) - L'accord que les 
Etats-Unis négocient avec la Russie sur la Syrie prévoit un 
cessez-le-feu dans l'ensemble du pays, la levée du blocus d'Alep 
et la démilitarisation de la région située au nord de cette 
ville, écrit l'émissaire américain pour la Syrie dans une lettre 
adressée à l'opposition armée. 
    Dans ce courrier daté du 3 septembre, que Reuters a pu 
consulter, Michael Ratney précise que l'accord stipule que 
Moscou devra empêcher les bombardements aériens de l'armée 
syrienne sur l'opposition modérée et que les forces de Damas 
devront se retirer des abords de la route "Castello", qui va 
d'Alep à la frontière turque et qui serait démilitarisée. 
    En contrepartie, les Etats-Unis s'engagent à collaborer avec 
la Russie dans la lutte contre Al Qaïda, dit l'émissaire sans 
autre précision. Al Qaïda était jusqu'à récemment liée au Front 
al Nosra, le principal groupe rebelle syrien. 
    Cet accord américano-russe pourrait être "prochainement" 
annoncé, dit Michael Ratney, qui précise que sa réussite 
dépendra aussi de son respect par les rebelles.     
    À Hangzhou, où il participe au sommet du G20, Barack Obama 
s'est montré plus prudent, parlant de la persistance de 
"désaccords profonds" entre Washington et Moscou. 
    "Nous n'y sommes pas encore", a dit le président américain 
après un entretien avec la chef du gouvernement britannique, 
Theresa May. 
    "Mais si nous n'obtenons pas quelque chose des Russes en 
matière de réduction de la violence et d'allègement de la crise 
humanitaire, il sera difficile de passer à la phase suivante", a 
souligné Barack Obama. 
    Lui aussi présent en Chine, le président russe Vladimir 
Poutine a toutefois admis dimanche que l'intervention militaire 
de son pays en soutien de Bachar al Assad ne permettrait pas de 
mettre fin à la guerre. 
    "Le conflit syrien ne pourra être résolu que par des moyens 
politiques", a-t-il dit pendant une réunion des dirigeants des 
Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) en marge du 
sommet du G20. 
     
 
 (John Davison, avec Tom Miles à Genève, Roberta Rampton et 
Vladimir Soldatkin à Hangzhou; Tangi Salaün pour le service 
français) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant