Syrie : une quarantaine de civils tués dans des raids de l'armée contre Daech

le
0
Syrie : une quarantaine de civils tués dans des raids de l'armée contre Daech
Syrie : une quarantaine de civils tués dans des raids de l'armée contre Daech

Une quarantaine de civils, dont des enfants, ont péri jeudi en Syrie dans des raids de l'armée syrienne régulière. Ces frappes visaient Al-Bab et Qbassine, deux villes de la province d'Alep, dans le nord du pays, tenues par l'organisation jihadiste Etat islamique.

«Au moins 37 civils, dont sept enfants, trois adolescents et deux femmes, ont péri dans ces raids de l'armée de l'air syrienne», a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Un bilan qui risque de s'alourdir. Des dizaines d'autres blessés se trouveraient dans un état grave.

Les jihadistes de Daech (NDLR. autre appellation du groupe Etat islamique) contrôlent de vastes pans de territoires en Irak et en Syrie. Ils sont visés par des raids aériens de la coalition dirigée par les Etats-Unis, mais aussi par des frappes de l'armée syrienne. Car en Syrie, le groupe extrémiste combat à la fois le régime, les rebelles et les Kurdes.

Jeudi, dans le nord de la Syrie, une soixantaine de jihadistes ont été tués dans des combats contre les forces kurdes selon l'OSDH.

La Jordanie dément : son avion n'a pas été abattu par l'EI

Après les Américains, c'est au tour des Jordaniens de démentir. Les forces armées jordaniennes assurent que l'avion militaire qui s'est écrasé mercredi en Syrie n'a pas été abattu par les jihadistes de l'Etat islamique (EI), contrairement à leurs revendications. 

«Les premières indications montrent que le crash de l'avion militaire jordanien dans le secteur de la ville syrienne de Raqa n'a pas été provoqué par des tirs de Daech», affirme le commandant général des forces armées jordaniennes dans un communiqué publié sur le site de l'armée. «Mais étant donné que l'épave de l'avion n'est pas accessible, et en l'absence du pilote, nous ne pouvons pas pour le moment déterminer la cause exacte du crash.» Mercredi, le commandement américain chargé de la région (Centcom) a également contesté les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant