Syrie : une intervention «punitive» à hauts risques

le
0
Quels risques, pour quels bénéfices ? C'est la question que se posent tous les responsables politiques et militaires avant le déclenchement d'une intervention militaire en Syrie. À CHAUD - Syrie : «Ne rien faire est aussi risqué qu'agir»

La menace d'une action armée brandie par Washington, Paris et Londres pour «punir» le régime syrien et le dissuader d'utiliser à nouveau ses armes chimiques, est-elle périlleuse? À Paris, à Londres et à Washington, les états-majors et les cabinets examinent à la loupe les éventuelles conséquences de l'opération qu'ils s'apprêtent à mener. Premier risque, une éventuelle riposte du régime syrien, des Iraniens ou de leur allié chiite dans la région, le Hezbollah libanais. Menaçant, le premier ministre syrien a promis que son pays deviendrait «le cimetière des envahisseurs». L'Iran pourrait être tenté d'utiliser le champ de bataille syrien pour tester la détermination des États-Unis, qui ont juré de s'opposer par tous les m...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant