Syrie : une conférence pour justifier l'inaction

le
0
DÉCRYPTAGE - L'expérience le prouve : pour mettre fin à une guerre, mieux vaut une victoire militaire sur le terrain qu'une conférence internationale. Les démarches diplomatiques ont peu de chances d'aboutir.

Et s'il s'agissait avant tout de gagner du temps, de dissimuler l'inaction des puissances internationales et d'éviter toute intervention dans le conflit syrien, qui a déjà fait 70.000 morts?

De la Seconde Guerre mondiale au conflit du Kosovo, l'expérience a montré qu'il valait mieux, pour mettre fin à une guerre, une victoire militaire sur le terrain qu'une conférence internationale. La réunion que Russes et Américains ont prévu de faire pousser sur les gravats des villes martyres syriennes a peu de chances d'aboutir. Pas plus que l'accord de Genève en juin 2012, dont elle s'inspire largement, l'initiative russo-américaine ne précise en effet le sort devant être réservé à Bachar el-Assad. Opposants de l'intérieur comme de l'extérieur ont refusé pa...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant