Syrie : un jihadiste londonien soupçonné de crime de guerre

le
0
Syrie : un jihadiste londonien soupçonné de crime de guerre
Syrie : un jihadiste londonien soupçonné de crime de guerre

Ils sont 400 et certains d'entre eux publient sur les réseaux sociaux les images de leurs exactions commises en Syrie. Ces britanniques sont partis faire le jihad contre Bachar al-Assad ces deux dernières années. Des chercheurs du Centre international d'étude de la radicalisation (ICSR en anglais) viennent de mettre la main sur de terrifiantes vidéos où des rebelles exécutent froidement un prisonnier à genoux, présenté comme un «chien de Bachar». Pour ces experts, dont l'analyse est reprise par la chaine Sky News, l'un des hommes impliqués dans ce crime de guerre est londonien.

D'après l'ICSR qui assure une veille sur des centaines de comptes de combattants étrangers en Syrie sur les réseaux sociaux, la scène aurait été tournée il y a deux semaines à Raqqa, dans le nord de la Syrie, à 160 km à l'est d'Alep.

Le film a été posté sur le compte Instagram d'un homme qui pourrait bien être londonien selon les chercheurs. La victime est décrite comme un partisan du président Bachar al-Assad et son assassinat serait une mesure de représailles après la mort de quatre rebelles et le viol d'une femme.

L'individu qui a publié le film appartient selon l'ICSR à un groupe de combattants britanniques connus sous le nom de Rayat al Tawheed, une brigade affiliée au mouvement jihadiste sunnite de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Les principaux membres de Rayat al Tawheed sont de Londres

L'exécution d'un prisonnier est un crime de guerre en droit international. «C'est très grave, déclare à Sky News Shiraz Maher, chercheur de l'ICSR basé au King's College de Londres. Nous pensons que les principaux membres de Rayat al Tawheed viennent de Londres».

Les experts tirent ces conclusions de multiples recoupements. L'un des hommes qui tire avec son fusil mitrailleur dans le corps du prisonnier tué d'une première balle est le même que celui aperçu dans d'autres vidéos diffusées par la brigade, où il s'exprime en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant