Syrie : un groupe lié à Al-Qaïda appelle à «anéantir» d'autres rebelles

le
0
Syrie : un groupe lié à Al-Qaïda appelle à «anéantir» d'autres rebelles
Syrie : un groupe lié à Al-Qaïda appelle à «anéantir» d'autres rebelles

Les combats sont loin d'être terminés en Syrie, où le rapport de forces se complique encore. Depuis vendredi, les guerres fratricides qui s'ajoutent au conflit entre le régime de Bachar al-Assad et la Coalition nationale de l'opposition ont fait au moins 274 morts. D'une part, 129 rebelles et membres du Front Al-Nosra, d'autre part 99 jihadistes de l'Eiil, l'Etat islamique en Irak et au Levant, un autre groupe lié à Al-Qaïda qui ne cesse d'étendre son pouvoir dans le chaos syrien. Au centre, 46 civils ont également perdu la vie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Anéantissez-les ! Soyez certains de la victoire de Dieu», a lancé mardi cheikh Abou Mohammed al-Adnani, porte-parole de l'Eiil, s'adressant aux combattants du réseau. Selon lui, les rebelles doivent être littéralement exterminés: «Aucun de vous ne survivra, et nous ferons de vous un exemple pour tous ceux qui pensent suivre le même chemin», a-t-il poursuivi avant de viser d'autres cibles : «L'Eiil estime que la coalition et le Conseil national (syrien, une des composantes de la coalition, ndlr), l'état-major et le conseil militaire (...) lui ont déclaré la guerre. Chaque membre de cette entité est une cible légitime pour nous».

Guerres internes entre rebelles

Vendredi, rebelles et combattants de la branche officielle d'Al-Qaïda en Syrie, le Front Al-Nosra, se sont engagés dans des affrontements meurtriers contre les jihadistes de l'Eiil. Ce groupe dissident est régulièrement accusé d'une série d'exactions, dont des enlèvements et meurtres de civils et de rebelles rivaux. L'organisation prône une version plus extrême de l'islam et tente de répandre son influence au Proche-Orient. «Le comportement de l'Eiil devenait insupportable pour la plupart des groupes armés (...) notamment les tentatives de prendre le contrôle des zones frontalières, coupant de ce fait les réseaux logistiques des rebelles», analyse le spécialiste de l'islam en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant