Syrie : un groupe de députés veut préparer le «jour d'après»

le
0
Syrie : un groupe de députés veut préparer le «jour d'après»
Syrie : un groupe de députés veut préparer le «jour d'après»

Livrer plus d'armes aux insurgés syriens. Leur apporter plus d'assistance humanitaire et logistique. Tel est le contenu de ce texte co-signé par trente élus* de la majorité.

«Le 15 mars 2011, bravant la peur, les Syriens descendaient par milliers dans la rue pour réclamer pacifiquement la chute de Bachar Al-Assad. Snipers, roquettes, bombardements, depuis plus de deux ans, la répression s'est déchaînée contre la population. On dénombre au moins 120 000 morts, des dizaines de milliers de détenus torturés, plus de deux millions de réfugiés, et sept millions de civils attendent une aide humanitaire d'urgence.

Bachar Al-Assad, coupable de crimes contre l'humanité, est toujours au pouvoir.

La perspective d'un contrôle international de ses armes chimiques est une avancée importante, mais elle ne doit pas nous faire oublier que la guerre fait rage en Syrie. La communauté internationale n'a pas encore répondu aux obligations morales, ni aux urgences humanitaires, ni paré à l'insécurité régionale. Le conflit s'exporte en Irak et au Liban où l'afflux de réfugiés, comme en Turquie et en Jordanie, compromet des équilibres démographiques et confessionnels fragiles. La crise syrienne est d'ores et déjà une crise internationale.

Pour éviter que la Syrie ne s'enfonce dans un tête-à-tête entre un régime sanguinaire et une nébuleuse djihadiste, la France prône la seule option décente : le renforcement de l'opposition démocratique. Elle a été la première à reconnaître la Coalition nationale syrienne, à rencontrer ses dirigeants, à lui apporter une aide substantielle.

Les mois perdus en vains atermoiements ont prouvé que la passivité européenne et américaine favorise les discours conspirationnistes, intégristes et anti-occidentaux. Nos hésitations à soutenir plus hardiment les démocrates renforcent à la fois la dictature et les extrémistes. Au-delà des débats sur la pertinence de frappes aériennes contre des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant