Syrie : un ex-agent du renseignement parle

le
0
TÉMOIGNAGE - Afak Ahmad, officier de renseignement de l'armée de l'air, ne parle plus à son épouse et ses enfants restés en Syrie.

Jeune officier de renseignement de l'armée de l'air, Afak Ahmad, 30 ans, n'a pas mis longtemps avant de comprendre que la révolte allait emporter son pays. «Mon chef, avant même les premières manifestations, m'envoya sonder la rue à travers la Syrie. À mon retour de mission, j'ai rédigé un rapport affirmant que l'intifada couvait et qu'il fallait absolument y répondre par des moyens politiques». «Pas question!», jura Jamil Hassan, le patron du plus puissant service de renseignements du régime.

Afak rongea son frein quelques mois, avant de fuir pour la Jordanie voisine. Sa désertion est un cas rare. D'abord parce qu'il est alaouite, la minorité dont est issu le président Bachar el-Assad. Mais surtout parce qu'elle affecte le c½ur de l'appareil sécuritaire, en charge de sauver un pouvoir, qui ne parvient pas à mâter la c...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant