Syrie-Toujours pas de décision sur les largages d'aide humanitaire

le
1
    GENEVE, 2 juin (Reuters) - Les parachutages d'aide 
humanitaire pour les villes de Syrie assiégées ont continué 
jeudi à faire débat, la Russie craignant notamment pour la 
sécurité des équipages et Damas n'ayant pas explicitement donné 
son feu vert, selon un membre du personnel de l'Onu.  
    Le départ prévu vendredi d'un convoi de l'Onu chargé de 
vivres à destination de Daraya, ville de la banlieue de la 
capitale tenue par les rebelles, a par ailleurs été reporté. 
Aucune nourriture n'y a été distribuée depuis 2012.  
    Le sujet a été abordé lors d'une réunion de la cellule 
humanitaire du Groupe international de soutien à la Syrie 
(GISS), qui avait laissé au gouvernement syrien jusqu'au 1er 
juin pour autoriser les convois humanitaires à accéder aux 
villes assiégées, sans quoi les Nations unies procéderaient à 
des largages. 
    "Les parachutages (...) restent une option si les livraisons 
par voie terrestre n'arrivent pas à destination. Cette option 
est sur la table et entrera en vigueur (...) si les membres du 
GISS ne sont pas satisfaits", a déclaré l'envoyé spécial adjoint 
de l'Onu pour la Syrie, Ramzy Ezzeldin Ramzy, à l'issue de cette 
réunion.  
    Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, qui jugent les gestes 
de Damas insuffisants, avaient déjà prié l'Onu de procéder à ces 
largages.  
    Le gouvernement a autorisé mercredi deux convois à se rendre 
à Daraya et à Mouadamiya, autre faubourg de la capitale, mais 
aucune nourriture ne se trouvait dans le premier. Pour 
l'opposition syrienne, ce geste avait pour seul but de faire 
retomber les pressions internationales.         
 
 (Tom Miles et Stéphanie Nebehay, Jean-Philippe Lefief pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bouchet1 le jeudi 2 juin 2016 à 21:50

    on attend quoi? l'autorisation des assassins????