Syrie : toujours aucune évacuation au deuxième jour de la trêve à Alep

le
3
Syrie : toujours aucune évacuation au deuxième jour de la trêve à Alep
Syrie : toujours aucune évacuation au deuxième jour de la trêve à Alep

La «trêve humanitaire» décidée par Moscou à Alep n'est encore que théorique. A son deuxième jour, vendredi, l'ONU a annoncé qu'il n'y aurait pas d'évacuation de blessés des quartiers de l'opposition et que les couloirs établis pour le passage de civils et de rebelles restaient déserts. Le bureau de coordination des Affaires humanitaire de l'ONU (Ocha) a expliqué que l'Organisation retardait les premières évacuations médicales prévues ce vendredi parce que les «assurances concernant les conditions de sécurité» n'avaient pas été remplies et que le personnel d'aide d'urgence n'avait pas pu jusqu'à maintenant se rendre sur le terrain.

 

Au total, selon l'ONU, 200 personnes blessées et malades ont besoin d'être évacuées de toute urgence des quartiers rebelles d'Alep, où vivent quelque 250.000 habitants. Huit couloirs humanitaires ont été établis à cette fin : six pour les civils, malades et blessés, et deux pour les rebelles armés, qui peuvent aussi être utilisés pour les civils, selon l'armée russe. Ces huit couloirs étaient déserts vendredi matin. Dans la zone tenue par le gouvernement, un photographe de l'AFP a constaté que les points de passage de Boustane al-Qasr et la route du Castello au nord étaient déserts. Jeudi, ce photographe avait vu huit blessés seulement réussir à quitter la zone rebelle, par ce même passage de Boustane al-Qasr, où des tirs d'artillerie avaient eu lieu.

 

La durée de cette pause humanitaire reste confuse

 

«Il n'y a aucun mouvement sur les couloirs dans les quartiers est. Jusqu'à maintenant, on a enregistré aucun passage parmi les habitants ou les combattants», a confirmé le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, qui rapporte des accrochages sur la ligne de front dans la vieille ville d'Alep et dans le quartier d'al-Zahra. «Nous sommes très préoccupés par le fait que, malgré les gestes de bonne volonté de Moscou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius il y a un mois

    Au lieu de dépenser sans compter pour faire la guerre la Russie ferait mieux de soigner les Russes. Voir article Le Monde : "En Russie, les malades du cancer préfèrent mourir. Seuls 20 % des malades en phase terminale ayant besoin d’antidouleur ont accès à un traitement." http://www.lemonde.fr/sante/article/2016/10/19/en-russie-les-malades-du-cancer-preferent-mourir_5016543_1651302.html#QUao7gBgXqQT03SU.99

  • delapor4 il y a un mois

    Le summum de l'hypocrisie et de la bassesse est devenu systématique en Occident. Ici comme en Ukraine, Irak et ailleurs. Les terroristes, sur nos ordres, empêchent les civils de sortir et c'est les... Russes qu'on tance et menace de sanctionner !!! J'ai honte d'être Français !

  • delapor4 il y a un mois

    Les terroristes du Front Al-Nosra ont tiré sur les habitants d'Alep ressemblés près de l'entrée d'un couloir humanitaire dans le quartier de Bustan al-Qasr. Pire, ils ont également exécuté publiquement 14 représentants des autorités locales à Alep, ceci comme punition pour avoir appelé à quitter les quartiers contrôlés par les groupes armés. Mais vous ne le saurez ni par l'AFP ni par Obama.