Syrie : tensions au sein de la coalition internationale

le
0
Syrie : tensions au sein de la coalition internationale
Syrie : tensions au sein de la coalition internationale

Joutes politiques entre la Russie et les Etats-Unis sur le terrain syrien. Entre la trêve avortée, le bombardement d'un convoi humanitaire et les pressions de la France à l'encontre de Damas au sujet des armes chimiques, la situation se tend sur le front de la Syrie.   

Un convoi humanitaire attaqué. Moscou a de nouveau démenti ce mercredi avoir bombardé un convoi humanitaire près d'Alep et a affirmé qu'un drone Predator de la coalition menée par Washington se trouvait dans le secteur à ce moment-là. 31 camions transportant de l'aide de l'Onu et du Croissant-Rouge syrien acheminaient lundi de l'aide à 78 000 personnes à Orum al-Koubra, dans la province d'Alep.

Pour la Maison Blanche seuls la Russie ou le régime syrien peuvent être à l'origine de ce bombardement. L'Onu a décidé mardi de suspendre tous ses convois humanitaires en Syrie en attendant une nouvelle évaluation de la situation sécuritaire. 

John Kerry veut que la Russie immobilise l'aviation syrienne. Le secrétaire d'Etat américain l'a demandé à Moscou, lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU consacrée à la Syrie, pour que Damas ne bombarde plus l'opposition et les civils. Il a également réclamé avec force la remise sur les rails de l'accord américano-russe du 9 septembre à Genève, notamment le rétablissement du cessez-le-feu qui a volé en éclats lundi et « l'interdiction de voler » pour les aéronefs des forces armées du régime du président syrien Bachar al-Assad.

Son homologue russe Serguei Lavrov n'a pas fermé la porte à un rétablissement de la trêve mais il a affirmé qu'il « ne pouvait plus y avoir de pause unilatérale » dans les combats de la part de l'armée syrienne. Les précédentes trêves unilatérales ont selon lui surtout permis aux groupes rebelles de se regrouper pour se réarmer et renforcer leurs positions. Il a réitéré la demande de Moscou de  « revoir la liste des organisations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant