Syrie : Téhéran vante la diplomatie de Vladimir Poutine

le
0
Le leader iranien Hassan Rohani a demandé au chef du Kremlin le soutien de la Russie sur le dossier nucléaire.

Dans la lutte d'influence qui oppose la Russie à l'Occident sur le dossier syrien, chaque voix compte. Vladimir Poutine le sait bien qui, vendredi, a fait le tour de ses grands alliés régionaux.

Réunis à Bichkek, capitale du Kirghizstan, cinq pays membres de l'Organisation de coopération de Shanghaï, la plate-forme de sécurité eurasiatique, ont apporté un soutien unanime à Moscou dans son rôle de faiseur de paix. Dans une déclaration commune, la Chine, la Russie et quatre pays d'Asie centrale (Ouzbékistan, Kirghizstan, Tadjikistan et Kazakhstan) se sont opposés «aux actions illégales orientées vers une militarisation continuelle du conflit intérieur en Syrie». Ils ont condamné toute «ingérence militaire» en dehors du cadre de l'ONU, salué le plan de paix russe ainsi que le projet de Bachar el-Assad d'adhésion de la Syrie à la Convention sur l'...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant