Syrie : soixante morts dans des attaques à Homs et Damas

le
0
Syrie : soixante morts dans des attaques à Homs et Damas
Syrie : soixante morts dans des attaques à Homs et Damas

Mardi noir en Syrie. Les villes de Homs et Damas, situées à l'ouest du pays ont été ce matin les cibles de deux attaques sanglantes, attribuées aux rebelles, selon les autorités syriennes. Le bilan est lourd : une soixantaine de morts et plus d'une centaine de blessés, illustrant la continuation tragique d'une guerre à huit clos. 

Scènes d'horreur à Homs. C'est un secteur tenu par le régime syrien qui a été dévasté par un attentat à la voiture piégée suivi de la chute d'une roquette. Au moins 45 personnes ont péri et 85 ont été blessées. L'attentat à la voiture piégée a d'abord fait 36 morts et 75 blessées. En panique, plusieurs riverains ont accouru sur les lieux afin d'aider les victimes. Une roquette de fabrication artisanale est alors tombée sur cette zone faisant neuf morts et 10 blessés supplémentaires.

De son côté, l'OSDH, Observatoire Syrien des Droits de l'Homme, ONG locale basée à Londres qui diffuse des chiffres depuis le début du conflit, fait état de 37 civils dont au moins cinq enfants et 80 blessés. Ce secteur d'Abbassiya dans le quartier de Zahra à Homs est à majorité alaouite, confession du président Bachar al-Assad, précise le gouverneur de la province. 

VIDEO. Syrie : près de 60 morts à Homs et Damas

Bain de sang à Damas. Dans la capitale syrienne, c'est un institut d'études religieuses, situé dans le centre-ville, qui a été visé. «Quatorze personnes ont été tuées et 86 autres blessées par des «terroristes» qui ont tiré quatre obus de mortier contre le quartier de Chaghour à Damas», rapporte l'agence d'Etat Sana. Les projectiles ont atteint l'institut Badr al-Din al-Hussein, qui dispense un enseignement religieux à des adolescents syriens et étrangers.

Le mot «terroriste», dans la terminologie officielle du régime du président Bachar Al-assad, désigne les rebelles qui cherchent à renverser ce dernier. Pour sa part, l'Observatoire syrien des droits de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant