Syrie : six morts après deux jours de raids israéliens

le
0
Syrie : six morts après deux jours de raids israéliens
Syrie : six morts après deux jours de raids israéliens

Au moins cinq personnes ont été tuées vendredi dans un nouveau raid israélien sur la province syrienne de Qouneitra, dans la partie non annexée du Golan. La télévision d'Etat syrienne a précisé qu'il s'agissait de «civils non armés», A Jérusalem, une source militaire israélienne a affirmé que le raid avait visé et tué des membres «du Jihad islamique en Syrie», accusés par Israël d'avoir lancé jeudi, sur ordre de l'Iran, les roquettes sur Israël à partir de la partie du Golan non occupée.

«Des membres du groupe responsable des tirs de roquettes ont été visés et neutralisés (ndlr, tués)», a ajouté cette source en évoquant un bilan de quatre ou cinq morts. «Ils font partie du Jihad islamique en Syrie agissant sous la supervision de l'Iran».

«L'aviation de l'ennemi israélien a visé une voiture civile dans le village d'al-Kom, tuant cinq civils non armés», a indiqué la chaîne.

Son correspondant dans la province de Qouneitra a précisé que l'appareil qui a frappé à 10 heures 30 (9 heures 30 en France) était un «avion sans pilote».

De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a rapporté que ce raid, qui suit une série de frappes israéliennes jeudi soir dans la même province, a tué deux miliciens pro-régime qui étaient à bord d'une voiture.

Des roquettes d'une portée inhabituelle

Des raids de l'aviation israélienne sur une position militaire syrienne jeudi soir dans la partie non annexée du plateau du Golan ont fait un mort et sept blessés, a affirmé une source militaire vendredi à Damas. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a indiqué que les raids avaient tué deux soldats et blessé huit autres.

Dans un communiqué, l'armée israélienne, qui «tient le gouvernement syrien pour responsable des attaques venant de Syrie», note que l'attaque à la roquette était d'une portée inhabituelle. Les tirs en provenance du Golan, qu'ils soient volontaires ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant