Syrie, retraites: Hollande et Ayrault passent à l'offensive

le
0
Après une rentrée ratée, le président et son premier ministre se sont partagé les rôles pour tenter de reprendre la main.

Deux discours, deux postures. Tandis que François Hollande évoquait devant les ambassadeurs la nécessité d'une réponse punitive en Syrie, mardi, dans la salle des fêtes de l'Élysée, Jean-Marc Ayrault s'apprêtait à dévoiler depuis Matignon la réforme des retraites. Les deux têtes de l'exécutif ont acté dès le départ cette répartition des rôles: au premier ministre, à l'autorité confortée, de mener les consultations avec les syndicats, puis d'annoncer la «douloureuse» (hausse des cotisations, allongement de la durée de cotisations après 2020, etc.), au président de trancher les derniers arbitrages, tout en se tenant en retrait et concentré sur la Syrie, dans un contexte international tendu. «C'est une parfaite répartition des rôles, qui arrange tout le monde», note un poids lourd du PS. «C'est un fonctionnement normal», tempère un conseiller ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant