Syrie : reprendre Palmyre, et après...

le
1
Un soldat prorégime fait le V de la victoire dans la ville moderne de Palmyre.
Un soldat prorégime fait le V de la victoire dans la ville moderne de Palmyre.

L'armée syrienne, appuyée par son allié russe, a infligé une cuisante défaite au groupe djihadiste État islamique (EI) en lui reprenant la ville de Palmyre. Ban Ki-moon s'en félicite et, de fait, comment ne pas s'en réjouir après les destructions infligées par les djihadistes à "la perle du désert", dont le patrimoine est inscrit à l'Unesco ? D'autant que cette victoire pourrait être décisive face à l'EI en Syrie. Pourtant, certains éditorialistes restent circonspects. Car cette victoire remet spectaculairement Bachar el-Assad en selle, ce qui pourrait compliquer encore le retour de la paix en Syrie. Et pourrait surtout profiter à Vladimir Poutine.

LIRE aussi Reprise de Palmyre : une défaite cuisante pour l'EI

Dans Le Courrier picard, Daniel Muraz, y voit "une revanche" quelques jours après les attentats de Bruxelles, mais s'inquiète de la réaction d'un "califat" en déroute. "Ce week-end, la prise de Palmyre par les soldats du régime syrien, assistés par l'aviation russe et des combattants du Hezbollah libanais, a pris, en retour, un air de revanche presque jubilatoire. Comme le signe d'un coup d'arrêt à l'expansionnisme du califat autoproclamé au Moyen-Orient. Avec l'implication massive russe en Syrie, Daech paraît avoir atteint les limites de ses capacités militaires. (...) Mais ces revers ne se traduiront pas forcément par une diminution...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 8 mois

    Ben apres Palmyre, Raqquah. Faut tout leur dire à ces journalistes.