Syrie : raids aériens meurtriers avant les pourparlers de paix à Genève

le , mis à jour à 12:37
0
Syrie : raids aériens meurtriers avant les pourparlers de paix à Genève
Syrie : raids aériens meurtriers avant les pourparlers de paix à Genève

La guerre en Syrie qui dure depuis 2011 continue de causer de nombreux morts. Ces derniers jours, des raids aériens ont fait une centaine de morts civils, rien que dans les environs de la ville de Deir Ezzor, dans l'Est du pays.

Ces raids interviennent alors que discussions diplomatiques doivent se tenir la semaine prochaine à Genève, en Suisse. Mais leur tenue est compromise par la difficulté de déterminer qui y participe.

90 morts en 48 heures. Des raids aériens ont tué plus de 90 civils en quarante-huit heures dans l'Est de la Syrie. Au lendemain d'un raid aérien qui a tué au moins 44 civils près de la ville de Deir Ezzor, ce secteur a de nouveau été touché samedi par des raids meurtriers selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), organisme qui se veut indépendant. 

L'OSDH évoque notamment la ville de Khasham, située à 20 km de Deir Ezzor où le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a lancé il y a une semaine un assaut contre les derniers secteurs tenus par le régime. Au moins 47 civils, dont neuf enfants et deux femmes y ont péri dans des frappes que l'OSDH attribue à l'aviation russe.

Mercredi, l'OSDH a affirmé que plus d'un millier de civils sont morts dans les raids russes depuis le début de l'intervention de Moscou, la capitale russe, en Syrie, fin septembre.

L'armée prend le dernier bastion rebelle. Les forces du régime syrien se sont emparées ce dimanche de la localité de Rabia, dernier bastion rebelle stratégique dans la province côtière de Lattaquié (Ouest), annonce la télévision d'Etat. Cette information a également été donnée par l'OSDH). Selon son directeur, Rami Abdel Rahmane, de hauts responsables militaires russes ont dirigé la bataille et les frappes russes y «ont joué un rôle essentiel».

Avec la prise de Rabia, les troupes gouvernementales coupent les routes de ravitaillement des rebelles de la frontière turque vers le nord de la Syrie. La région côtière de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant