Syrie : raids aériens de la coalition sur Raqa, au moins 22 morts

le , mis à jour à 13:50
0
Syrie : raids aériens de la coalition sur Raqa, au moins 22 morts
Syrie : raids aériens de la coalition sur Raqa, au moins 22 morts

22 personnes, dont six civils, ont péri dans une série de frappes aériennes contre le groupe Etat islamique (EI) dans la ville de Raqa, le bastion des jihadistes en Syrie, selon une ONG. Outre les civils, dont un enfant, les morts sont des combattants du groupe jihadiste, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un important réseau de sources médicales et militaires. Des dizaines d'autres personnes ont été blessées dans ces frappes.

«Les importantes frappes aériennes qui ont eu lieu ce soir ont été effectuées pour priver Daesh de la capacité de déplacer des matériels militaires à travers la Syrie et en direction de l'Irak», déclare dans un communiqué le porte-parole de la coalition, le lieutenant-colonel Thomas Gilleran. «Cela a été l'un des plus importants engagements délibérés que nous ayons menés jusqu'à présent en Syrie», précise le porte-parole. «Cela affaiblira la capacité de Daesh de se déplacer à partir de Raqa», assure-t-il.

Les forces de la coalition «ont attaqué avec succès de nombreuses cibles» dans Raqa, capitale de facto des jihadistes, détruisant des bâtiments de l'EI et des routes, indique le porte-parole. Les frappes «ont sévèrement réduit la liberté de mouvement des terroristes», affirme le lieutenant-colonel Gilleran.

Le 23 avril, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), annonçait que plus de 2 000 personnes, en grande majorité des jihadistes du groupe Etat islamique (EI), avaient été tuées en Syrie par les frappes de la coalition internationale menée par Washington depuis le début des opérations militaires de la coalition le 23 septembre 2014.

La coalition mène des frappes contre l'EI en Syrie et en Irak depuis que ce groupe né en 2013 a élargi son territoire dans le deux pays. Dirigé par Abou Bakr al-Baghdadi, l'EI contrôle environ la moitié du territoire syrien, dont une large partie est inhabitée, et près d'un tiers de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant