Syrie : Radio Rozana, les ondes de la guerre

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Le 21 août, date de l'attaque chimique dans la banlieue de Damas, restera gravé pour la petite équipe de Radio Rozana, une radio de l'opposition syrienne qui émet discrètement depuis Paris. "C'est un tournant dans l'horreur de la guerre", croit Lina Chawaf, 43 ans, la rédactrice en chef de Radio Rozana. "L'un de nos journalistes correspondants à Damas nous a écrit un reportage, mais, le premier jour, il était tellement choqué qu'il était incapable de parler. Le lendemain, on a fait une émission spéciale, avec des reportages dans les hôpitaux, des familles de victimes et un combattant de l'armée syrienne libre (ASL) du quartier." "Un appel téléphonique m'a réveillé vers 2 h 30 du matin, se souvient Rudi, qui s'occupe de la technique à la radio. Un ami m'a dit : Il se passe des choses graves dans la Ghouta (une plaine agricole située à l'est et au sud-ouest de Damas où vivent un million de personnes). Il y a beaucoup de morts. Une heure plus tard, j'ai réussi à avoir une conversation par Skype avec un contact en Syrie qui m'a lâché : C'est une attaque chimique !" Installé dans cette banlieue de Damas, un ami de Rudi lui a ensuite révélé qu'un proche était parti sauver des familles. Deux fois, il est revenu à l'hôpital de campagne avec des personnes contaminées par le gaz sarin. La troisième fois, il n'est pas revenu."Débats passionnés"

Rozana (le nom signifie "la fenêtre qui laisse passer la lumière" en arabe)...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant