Syrie : Poutine ordonne le retrait des militaires russes

le , mis à jour le
1

Entamée en septembre dernier, l'intervention militaire russe en Syrie prend fin si l'on en croit Vladimir Poutine. Il a ordonné au ministère de la Défense le début du retrait de la majeure partie des forces russes ce lundi. Selon le président, «la tâche qui avait été demandée au ministère de la Défense et aux forces armées a été globalement accomplie».

Cette annonce surprise, au moment où a débuté à Genève un nouveau cycle de négociations entre des représentants du président Bachar al-Assad et de la très hétéroclite opposition syrienne, est intervenue après un entretien téléphonique entre Vladimir Poutine et le chef de l'Etat syrien. Selon l'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine, cette décision s'eplique par la volonté deMoscou de promouvoir un règlement politique du conflit.

«Néanmoins, pour permettre la surveillance de la trêve des combats, la partie russe conserve sur le territoire syrien un site de maintenance de vols», a annoncé le Kremlin dans un communiqué. La présidence russe ne précise pas quels types d'aéronefs assurent cette surveillance mais depuis l'entrée en vigueur de la trêve le 27 février, les militaires russes ont eu recours à des drones.

Le Kremlin ne précise pas non plus où est situé ce site de maintenance. Il s'agit selon toute vraisemblance de la base aérienne de Hmeïmim, dans la province de Lattaquié, fief de Bachar al-Assad situé au nord-ouest de la Syrie. Depuis septembre, Moscou y avait déployé plus d'une cinquantaine d'avions de combat, ainsi que des troupes. Avant le début de l'intervention militaire russe, la Russie et la Syrie avaient signé un accord permettant à Moscou de disposer d'une base aérienne sur le sol syrien.

Le Kremlin souligne que la décision du président russe fait l'objet d'un accord avec son homologue syrien. Pour sa part, «Bachar al-Assad a relevé le professionnalisme, le courage et l'héroïsme des soldats et officiers des forces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9425023 il y a 9 mois

    Et puis, sans espoir de remontée du brut, cette guerre coûte trop cher à Poutine, en roubles mais aussi en politique intérieure.