Syrie : pourquoi le monde arabe se réveille 

le
0
Sortis de leur silence, les États de la région pressent Assad de mettre fin à la violence.

Le monde arabe est brusquement sorti de son silence vis-à-vis de la Syrie. Dimanche, à quelques heures d'intervalle, la Ligue arabe, le Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui réunit six pétromonarchies, la Ligue arabe puis la Jordanie ont tous condamné la répression. Le poids lourd du Golfe, le roi Abdallah d'Arabie saoudite, a personnellement exigé de Bachar el-Assad qu'il «arrête la machine de mort et l'effusion de sang». Riyad a dans la foulée rappelé son ambassadeur pour «consultation» suivi lundi par le Koweït et le Bahreïn. Certes, aucun de ces États ne demande le départ de Bachar el-Assad. Tous utilisent peu ou prou les mêmes éléments de langage que la Ligue arabe, qui exige que le gouvernement syrien «mette fin immédiatement à tous les actes de violence… contre les civils». Mais leur prise de position n'en constitue pas moins un revirement spectaculaire.

En juillet encore, plusieurs délégations, y compris une de la Ligue arabe, s'étaient rendues

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant