Syrie : plusieurs groupes rebelles rejettent la conférence de paix

le
3
Syrie : plusieurs groupes rebelles rejettent la conférence de paix
Syrie : plusieurs groupes rebelles rejettent la conférence de paix

Une vingtaine de groupes rebelles islamistes syriens ont rejeté catégoriquement la conférence de paix dite "Genève-2", défendue par les Etats-Unis et la Russie pour trouver une issue politique à la guerre civile. «Nous annonçons que la conférence Genève-2 n'est pas et ne sera jamais le choix du peuple ou une revendication de notre révolution», ont annoncé ces groupes armés samedi soir, par la voix du chef de la brigade Souqour al-Cham, Ahmad Eissa al-Sheikh.

«Pour nous, il s'agit d'un élément supplémentaire du complot visant à faire dérailler notre révolution et à la stopper», insistent ces groupes, dont certains font partie de l'Armée syrienne libre et d'autres ont combattu les jihadistes engagés comme eux contre le régime. Les éventuels participants à cette conférence, ont-ils prévenu, commettront une «trahison» dont ils devront répondre «devant nos tribunaux». Parmi les signataires se trouvent les brigades Liwad al-Tawhid, Ahrar al-Cham, Souqour al-Cham ou encore Ahfad al-Rasul.

L'opposition syrienne, très divisée sur cette conférence de paix déjà plusieurs fois reportée, réclame des garanties sur le fait qu'elle aboutira à un départ du président Bachar al-Assad, ce que le régime rejette catégoriquement. A la mi-octobre, des dizaines de groupes rebelles avaient rejeté l'autorité de la Coalition nationale syrienne, qui chapeaute depuis l'étranger les groupes d'opposition politique, estimant qu'elle avait échoué.

Des combats d'une violence inouïe opposent l'armée à des rebelles et des jihadistes qui cherchent à s'emparer d'une très vaste armurerie à Mahin, dans le centre du pays. Ce dépôt «regorge de tant d'armes qu'il pourrait permettre (aux insurgés) de libérer toute la Syrie», selon un dirigeant rebelle, Oussama Idris. «Il y a eu en six jours au moins cent morts dans les rangs de l'armée, qui défend un important arsenal, et des dizaines d'autres parmi les rebelles et les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • baljo le dimanche 27 oct 2013 à 10:38

    L'OSDH à travers ses communiqués n'en fini plus de tomber le masque. S'en est devenu comique. Et notre presstituée les reprend sans vergogne.

  • baljo le dimanche 27 oct 2013 à 10:29

    La solution est la dératisation.

  • kalas le dimanche 27 oct 2013 à 10:08

    Comment voulez-vous que ces gens-là veulent la paix. Ils suivent déjà une religion sanguinaire, ils naissent avec une arme à la main, et ils ont ça dans le sang.