Syrie-Plus de 50 civils tués par des frappes près de Manbij

le
1
    BEYROUTH/WASHINGTON, 19 juillet (Reuters) - Au moins 56 
civils ont été tués mardi dans des frappes aériennes au nord de 
la ville syrienne de Manbij, dont une bonne partie est encore 
aux mains des djihadistes de l'Etat islamique, et des habitants 
disent penser que ces bombardements ont été le fait d'avions de 
la coalition internationale, a rapporté l'Observatoire syrien 
des droits de l'homme (OSDH). 
    Onze enfants sont au nombre des morts, et les frappes ont 
fait aussi plusieurs dizaines de blessés, a ajouté l'OSDH. 
    Les Forces démocratiques syriennes (FDS, alliance de 
combattants rebelles arabes et de miliciens kurdes) ont lancé à 
la fin mai une offensive pour s'emparer de la poche de Manbij, 
dernier secteur tenu par les djihadistes de l'EI non loin de la 
frontière avec la Turquie. 
    Avec l'appui des avions de la coalition, les FDS ont 
encerclé la ville, mais l'EI lance encore des attaques dans 
certains secteurs des environs de la ville. 
    Lundi, 21 personnes sont mortes dans des frappes aériennes 
elles aussi imputées à la coalition internationale, qui ont visé 
le quartier d'Hazaouneh, dans le nord de Manbij. 
    La progression des FDS à l'intérieur de la ville est 
ralentie par des "snipers" et des mines, qui empêchent les 
civils de fuir. Les FDS se sont néanmoins emparés durant le 
week-end du quartier général de l'EI dans la partie ouest de 
Manbij, a déclaré mardi l'armée américaine. 
    Le QG de l'EI, situé à l'intérieur d'un hôpital, était 
utilisé comme centre de logistique aussi bien que de 
commandement. Les FDS, qui sont soutenus par les Etats-Unis, ont 
également pris le contrôle d'une partie de la ville, permettant 
aux civils du quartier de fuir les combats, lit-on dans le 
communiqué de l'armée américaine. 
    Les insurgés syriens poursuivent la lutte contre l'EI sur 
quatre fronts pour le contrôle de Manbij, en direction du 
centre. Les djihadistes ont lancé des contre-attaques mais les 
insurgés accentuent la pression grâce à l'appui de frappes 
aériennes de la coalition, ajoute l'armée dans son communiqué. 
    La coalition, lit-on, a mené plus de 450 frappes aériennes 
dans le secteur de Manbij, dans le nord de la Syrie, depuis le 
lancement des opérations de reprise de la ville, voici plusieurs 
semaines. 
 
 (Lisa Barrington à Beyrouth, David Alexander à Washington,; 
Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bugsan il y a 5 mois

    Voilà la différence entre l'AFP et Reuters. L'AFP ne sait que rapporter les morts de civils en Syrie, et reste muette sur l'Irak ou les USA opèrent.