Syrie : peu d'espoir pour une solution diplomatique

le
0

Les opposants modérés au régime syrien restent divisés sur l'opportunité de participer à la conférence de Genève 2.

Jusqu'au bout, les alliés occidentaux et arabes de l'opposition modérée au régime de Bachar el-Assad ont fait pression sur les différentes factions pour les convaincre de participer à la conférence prévue mercredi 22 janvier à Montreux, en Suisse. L'idée de réunir autour d'une même table les rebelles et des représentants du régime syrien avait été lancée en mai 2013 par le secrétaire d'État américain, John Kerry, et le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov. Réunis à Istanbul, les opposants tentaient toujours vendredi soir de se mettre d'accord sur une réponse.

La conférence dite de Genève 2 vise à trouver une solution politique pour mettre fin à la guerre, qui a déjà fait environ 130.000 morts. Elle ambitionne de former un gouvernement provisoire réunissant des membres du régime de Damas et des opposants.

Mais ses ch...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant