Syrie-Paris veut une enquête sur l'attaque d'un camp de déplacés

le
0
    PARIS, 6 mai (Reuters) - L'attaque aérienne d'un camp de 
déplacés en Syrie jeudi "pourrait" constituer un "crime contre 
l'humanité", estime vendredi le ministère français des Affaires 
étrangères, qui appelle de ses voeux une enquête sur cet "acte 
odieux".  
    Vingt-huit personnes ont trouvé la mort dans le bombardement 
d'un camp de déplacés dans le nord-ouest de la Syrie, selon 
l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).   
    "La France condamne avec la plus grande fermeté les 
bombardements par le régime, le 5 mai, d'un camp de déplacés au 
Nord de la Syrie", peut-on lire vendredi dans un communiqué du 
quai d'Orsay.  
    "Cet acte révoltant et inacceptable pourrait être 
constitutif d'un crime de guerre et d'un crime contre 
l'humanité, selon le statut de Rome de la cour pénale 
internationale", ajoute le porte-parole du ministère. "La France 
appelle à ce qu'une enquête impartiale et indépendante soit 
conduite pour faire toute la lumière sur cet acte odieux". 
    La France a invité lundi à Paris les représentants de pays 
soutenant certaines composantes de l'opposition syrienne pour 
discuter des moyens de sortir les négociations de paix de 
l'impasse.   
    Cette réunion intervient dans un "contexte extrêmement 
préoccupant", selon Paris, qui juge "indispensable que cessent 
les violations de la trêve et que la situation humanitaire 
s'améliore". 
    La France appelle par ailleurs "les soutiens du régime à 
faire pression pour éviter un nouveau massacre en Syrie" dans la 
prison de Hama, à l'ouest du pays. 
 
 (Chine Labbé) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant