Syrie : Paris exige la libération des deux journalistes français disparus

le
0
Syrie : Paris exige la libération des deux journalistes français disparus
Syrie : Paris exige la libération des deux journalistes français disparus

«Je demande que ces journalistes soient immédiatement libérés». En réponse à une question lors d'une conférence de presse à Tokyo lors de sa visite au Japon, le président français François Hollande a exigé vendredi la libération immédiate des deux reporters français portés disparus en Syrie. Mais il n'a pas cité leurs noms ni les médias pour lesquels ils travaillent, confirmant que «le contact a en effet été perdu avec» eux, «sans qu'on connaisse exactement encore les conditions». De son côté, Europe 1 a confirmé être sans nouvelles d'un de ses grands reporters, Didier François, et d'un jeune photographe qui l'accompagnait, Edouard Elias. Ils « faisaient route vers Alep en Syrie.»

Interrogée sur iTélé, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement a expliqué ne pas avoir «la confirmation» qu'ils ont été enlevés par le régime de Bachar al-Assad. Selon notre reporter au Japon Nathalie Schuck, qui cite l'entourage du Président de la République, les deux journalistes ont été capturés «à un check point». «on ne sait pas qui les a pris.»

Selon entourage #Hollande, les 2 journalistes français disparus en Syrie ont été capturés "à un checkpoint". "On ne sait pas qui les a pris"? NathalieSchuck (@NathalieSchuck) 7 juin 2013

Les journalistes «ne sont pas les représentants de quelque Etat que ce soit, ce sont des hommes qui travaillent pour que le monde puisse recevoir des informations», a fait valoir François hollande, lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe. «Ils doivent être traités comme des journalistes et en aucune façon comme des éléments sur lesquels (on ferait) peser une menace pour agir au détriment d'un Etat».

«La presse doit pouvoir circuler en Syrie pour donner les informations qui sont attendues dans le monde entier» sur ce qui s'y passe, a insisté le président de la République François ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant