Syrie-Paris dément la destruction d'un de ses missiles par l'EI

le
0
    PARIS, 4 février (Reuters) - L'armée française a démenti 
jeudi la destruction d'un de ses missiles par l'Etat islamique 
lors d'un raid mené lundi contre un camp d'entraînement de 
l'organisation djihadiste près d'Alep, dans le nord de la Syrie. 
    L'EI a affirmé en début de semaine avoir abattu un missile 
français au-dessus de la ville de Manbij et a diffusé des images 
de débris du missile.  
    "Ils n'ont rien détruit du tout", a dit le porte-parole de 
l'état-major français, le colonel Gilles Jaron, lors d'un point 
presse à Paris. "Le missile a connu un accident technique qui 
fait qu'il s'est écrasé dans un champ et qu'il s'est 
complètement disloqué".  
    "Les autres Scalp ont frappé l'objectif, l'objectif est 
détruit et la mission est complètement remplie", a-t-il ajouté. 
    Selon le ministère de la Défense, le raid aérien des forces 
françaises a été mené lundi à une soixantaine de kilomètres au 
nord-est d'Alep dans la région de Manbij. 
    Ce raid, conduit conjointement avec les avions de la 
coalition, a permis de détruire un site important servant à l'EI 
de "camp d'entraînement et de stockage d'armement", précise-t-il 
dans un communiqué.  
    En Irak, deux autres raids planifiés ont été menés la 
semaine dernière. Le 25 janvier, à Mossoul, une frappe "a permis 
de détruire un dépôt de munitions et un centre de commandement 
de l'EI", a indiqué le colonel Jaron. Le 28 janvier, à l'ouest 
de Ramadi, une frappe française a visé un "centre de stockage 
d'armements et de production d'armements".  
    Depuis le début de l'opération Chammal - déclenchée en 
septembre 2014 pour l'Irak et élargie en septembre dernier à la 
Syrie -, l'armée française a procédé à 477 frappes et a détruit 
861 objectifs, selon l'état-major.  
 
 (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant